Créer mon blog M'identifier

Charleroi au Kribi

Le 25 mars 2017, 06:53 dans Lifestyle 0

Charleroi - Kribi_newspaper_wp

Dernier jour ! Et pour finir ce petit voyage en beauté, rendez-vous au Cribbi !

Véritable coup de cœur de ce séjour ! Cet établissement Le Cribbi, dont l'écriture originelle est Kribi (chef-lieu du département de l'Océan situé dans la région du Sud du Cameroun et importante station balnéaire réputée pour ses plages de sable blanc et son port), est un bar à vin.

Que dis-je ? LE bar à vin ! Il vous offre non seulement sa convivialité mais surtout vous propose des vins d'une qualité exceptionnelle ! Le tout accompagné de petites spécialités culinaires camerounaises à tomber par terre !

Les patrons de ce petit bar à vin, un joli couple mixte, lui belge et elle camerounaise, sont d'une gentillesse incroyable. Ces deux charmantes personnes représentent le vrai symbole de la mixité culturelle.

Lorsque vous franchissez la porte de ce cocon, vous arrivez directement dans une sorte de mélange chaleureux à la belge et à l'africaine. Vous êtes immédiatement transporté dans l'ambiance du lieu au point que vous auriez envie de chausser vos pantoufles et de vous y installer comme à la maison.

Charleroi - Kribi_Le Cribbi1_wp

Charleroi - Kribi_Le Cribbi2_wp

Charleroi - Kribi_Le Cribbi3_wp

Charleroi - Kribi_Le Cribbi4_wp

Les vins conseillés sont également un savant mélange culturel vous invitant à faire le tour du monde ; des vins portugais, chiliens, américains, d'Afrique du Sud, etc. Et gros plus, la découverte de vins wallons ! Hé oui ! La Belgique montre qu'elle n'est pas que le pays de la bière et du chocolat par excellence. Certes, ces vins demeurent dans le domaine des vins de table et en faible quantité, puisque la météo n'est pas non plus adéquate pour faciliter le développement de cépages, mais le peu de vins qui existe n'est pas mauvais du tout. Et les prix, bien entendu, sont à l'image de ceux des grands vins, sans pour autant tomber dans l'irraisonnable.

Quant aux spécialités camerounaises suggérées en accompagnement, autre leur excellente qualité gustative, elles sont en parfaite harmonie avec chaque vin à déguster. Surtout, elles sont du vrai fait maison ! D'ailleurs, la cuisine est à la vue de la clientèle qui peut ainsi voir la patronne à l'ouvrage. Et là, le rapport qualité/prix est plus que raisonnable, comme vous pouvez le constater sur la carte présentée. Carte qui de plus est renouvelée régulièrement, quasiment chaque semaine. La patronne, une passionnée de cuisine, qui connaît du reste toutes les émissions culinaires télévisées sur le bout des doigts, vous transmet à merveille sa passion dans vos assiettes !

Charleroi - Kribi_boulettes-boeuf_wp

Charleroi - Kribi_chausson_wp

Charleroi - Kribi_sauce-piment_wp

Charleroi - Kribi_ailerons-poulet_wp

Charleroi - Kribi_dessert_wp

Charleroi - Kribi_carte_wp

Enfin, l'ambiance de ce lieu cosy et moderne à la fois qui s'y dégage est le meilleur remède contre la timidité ! Sans vous en rendre compte, vous vous mélangez les uns aux autres. Les discussions avec de parfaits étrangers se font naturellement en toute camaraderie sur fond de bonne plaisanterie. C'est un vrai lieu de partage et d'échanges culturels.

Alors, avis à la population belge et pas que ! Tous ceux ou celles qui sont dans les environs de Charleroi ou d'ailleurs, amateurs ou amatrices de bar à vin, je vous invite sincèrement à vous laisser envoûter par Le Cribbi...

Charleroi et sa montagne

Le 24 mars 2017, 12:05 dans Humeurs 0

Charleroi et sa montagne_wp

Pour l'avant-dernier jour de notre petit voyage à Charleroi, nous allons enfiler de bonnes chaussures pour découvrir les quelques endroits de cette ville qui recèlent de très belles surprises. Mais aussi ayant bien mangé au restaurant hier soir, un peu de marche à pied ne nous fera pas de mal pour digérer et prendre un bon bol d'air !

Alors, allons-y, c'est parti !

Bien que la Belgique soit souvent appelée le plat pays, Charleroi infirme un peu ce préjugé avec sa célèbre rue de la montagne. Et cette rue porte vraiment bien son nom ! Car elle grimpe sévère ! Elle était célèbre autrefois pour ses commerces qui longeaient toute la rue, du bas jusqu'en haut, nous amenant ainsi vers la ville haute.

Hé oui ! Charleroi a sa ville basse et sa ville haute !

Cependant, nous pouvons également rejoindre la ville haute en passant par le parc de la Reine Astrid, dont sa statue est située à l'entrée de celui-ci. Un magnifique parc en pleine ville, pas très loin du centre, contenant en plus une particularité à sa sortie... Je vous laisse deviner...

Charleroi et sa montagne_parc1_wp

Charleroi et sa montagne_parc2_wp

Charleroi et sa montagne_parc3_wp

Charleroi et sa montagne_parc4_wp

Charleroi et sa montagne_parc5_wp

Charleroi et sa montagne_parc6_wp

Vous avez trouvé ?

Oui, évidemment ! Lucky Luke et Jolly Jumper ! Cette statue qui fait référence au créateur belge de cette fameuse BD, Maurice de Bevere, dit Morris, né en 1923 à Courtrai et mort en 2001 à Bruxelles.

Et cette statue de BD n'est pas la seule dans la ville. Une autre se trouve en plein milieu d'un rond-point (que je n'ai pu photographier, car à ce moment-là, pour le coup, j'étais en voiture...) et représente ce tout autant connu animal imaginaire, le Marsupilami. Animal imaginé par le grand dessinateur belge André Franquin, né en 1924 à Etterbeek (Belgique) et décédé en 1997 à Saint-Laurent-du-Var (France)

Nous voilà maintenant à la ville haute. Et imaginez-vous être au dimanche. Quelle chance nous avons, c'est jour de marché ! Un jour qu'il ne faut surtout rater pour rien au monde. Ce marché est aussi immense qu'il est complet !

Charleroi et sa montagne_marché1_wp

Charleroi et sa montagne_marché2_wp

Charleroi et sa montagne_marché3_wp

Charleroi et sa montagne_marché4_wp

Charleroi et sa montagne_marché5_wp

Et ce que vous voyez là n'est qu'une toute petite partie de ce marché. Aujourd'hui, il n'y a pas grand monde car la météo ne s'y prête pas. Or, lorsque les beaux jours arrivent ou que le soleil est au rendez-vous (plus souvent qu'on pourrait le croire), le marché est noir de monde. On marche au pas à pas.

Sur ce, les cloches de l'église viennent de sonner midi, il est temps de nous trouver un bon endroit sur le marché afin de nous restaurer.

Concrètement, je vous retrouve demain pour notre dernier jour, où là, nous allons clôturer ce voyage... Non, non, je ne vous dis rien... Ce sera la surprise...

Charleroi et son trou normand

Le 23 mars 2017, 12:14 dans Technologie 0

Charleroi et son trou normand_carte-vins1_wp

Pour notre second jour de voyage, je vous emmène au restaurant ! Mais pas n'importe où ! Nous allons faire un tour en Normandie, tout en restant en Belgique, et sans pour autant nous télé-transporter, comme dans Star Trek, ni traverser un miroir inter-dimensionnel. Nous allons simplement franchir la porte d'un restaurant qui s'appelle Au Trou Normand !

Réputé à Charleroi, par la vieille génération, comme étant le restaurant gastronomique incontournable, celui-ci propose un menu uniquement à la carte de cuisine typiquement française, enfin typiquement...

Or, avant de nous mettre à table, il est préférable que vous soyez prévenu de ne pas vous attendre à déguster des plats préparés par Philippe Etchebest ! Ce restaurant est resté un peu bloqué dans les années 80.

Le cadre est cosy, s'apparentant davantage à une taverne qu'à un restaurant classique. Le personnel est agréable, malgré un peu trop de chichis à mon goût et ne s'avérant pas, par la suite, à la hauteur des espérances...

Attaquons-nous maintenant au cœur du sujet !

Le plus. L'atypisme de ce restaurant. Sa carte des vins est plus qu'originale, puisqu'elle est humoristique comme vous avez pu le constater. Et ça, c'est un vrai plus !

Charleroi et son trou normand_carte-vins2_wp

Charleroi et son trou normand_carte-vins3_wp

Malheureusement, le plus important, le repas, un gros moins. Des cuisses de grenouilles qui, les pauvres, se noient dans un beurre à l'ail, plus beurre qu'ail. Un veau marengo qui de même n'a pas échappé à la noyade, mais accompagné de frites faîtes maison qui elles ont l'avantage d'être la partie la moins grasse du plat. Un ris de veau qui s'est enlisé dans un marécage de sauce aux oignons jaunes émincés à la serpe. Et lequel a non seulement attrapé un grand coup chaud à la cuisson, à l'image des cuisses de grenouilles d'ailleurs qui étaient beaucoup trop cuites, mais surtout, qui n'a pas eu la même chance que son copain le veau au niveau de l'accompagnement. Des chicons braisés qui agonisent dans leur bain d'huile. Enfin le plateau de fromage, choisi à la place du dessert, composé de parmesan et de fromage de chèvre sec italien. Rien que du fromage français ! Mais, le clou du spectacle ! Le fameux trou normand servi entre l'entrée et le plat généralement.

Charleroi et son trou normand_cuisses-de-grenouille_wp

Charleroi et son trou normand_veau-marengo_wp

Charleroi et son trou normand_frites_wp

Charleroi et son trou normand_ris-de-veau_wp

Charleroi et son trou normand_chicons-braisés_wp

En rappel, pour ceux qui ne connaissent pas cette tradition normande, le trou normand est du Calvados avec une boule de sorbet à la pomme (de préférence verte), le tout servi dans un verre ou autre contenant. C'est super bon !

Sauf qu'ici, nous avons le verre dans lequel se trouve une boule de glace à la pomme douce accompagnée d'Amaretto ! Et là, on se dit qu'Au Trou Normand, c'est plutôt la botte d'Italie qui le bouche !

Maintenant, c'est l'heure de passer à la caisse ! Une quarantaine d'euros par personne et sans compter l'apéritif et le vin !

Un peu cher quand même !

Bref ! Ce premier restaurant fut certes un essai pas très concluant, cependant les autres qui suivirent ont heureusement rattrapé le coup, surtout un en particulier et n'étant pas un restaurant dans le sens strict du terme...

Toutefois, pour se rendre dans ce lieu qui a été une véritable et formidable découverte, il vous faudra patienter jusqu'à samedi afin de clôturer ce séjour en beauté !

Charleroi et son trou normand_fromage_wp

N.B. : Vous avez dû également remarquer que quelques-unes de mes photos montrent des assiettes vides ou à moitié vides. Ce n'est absolument pas une nouvelle mode photo que je lance. Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu l'autorisation de photographier certains plats, mais pas d'autres ! N'ayant pas cherché non plus à comprendre, j'ai détourné l'interdiction en prenant malgré tout des photos des restes de mon repas. Vous devez aussi vous demander peut-être qu'est ce qui m'est passé par la tête pour vous proposer un tel article sous ma rubrique "Sciences" ? Tout simplement, parce que la cuisine n'est-elle pas une science ? Et pour le coup, une science expérimentale !

Sur ce, je vous retrouve demain pour la suite de notre séjour...

Voir la suite ≫