Décidément Donald Trump se retrouve de plus en plus dans de sales draps. Il semblerait qu'il serait en train de recevoir le boomerang de son passé en pleine face.

Lors du débat télévisé opposant Donald Trump à Hillary Clinton, celui-ci s'était comme à son habitude maladroitement défendu par rapport au scandale provoqué par la publication d'un enregistrement datant de 2005, dans lequel il tenait des propos plus qu'indécents à l'encontre des femmes. Considérant ceux-là comme simples "discussions de vestiaires", il avait affirmé ne s'être jamais comporté de la sorte en accusant pour sa défense le mari de sa rivale, Bill Clinton, lui de ne pas en avoir fait autant en allant même jusqu'à utiliser le terme "d'abuser" des femmes.

Suite à la déclaration de Donald Trump, Jessica Leeds, âgé aujourd'hui de 74 ans, a décidé de parler. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne fut pas la seule.

C'est ainsi au New York Times qu'elle s'est confiée récemment. Il fut le premier journal a dévoilé son témoignage ainsi que celui d'une autre femme. Son histoire remonte à plus de 35 ans en arrière. Elle était assise à côté du promoteur immobilier, en première classe, à bord d'un avion, lorsque celui-ci lui aurait touché la poitrine et essayé de mettre la main sous sa jupe. Elle a déclaré : "Il était comme une pieuvre, ses mains étaient partout." Elle a aussi expliqué la raison de son silence ; à cette époque, la femme était considérée très souvent comme responsable dans ce genre d'affaires.

Quant à Rachel Crooks, la deuxième femme, elle a déclaré au journal que Donald Trump, en 2005, l'a "embrassée directement sur la bouche" devant un ascenseur, lorsqu'elle était réceptionniste dans la Trump Tower, à Manhattan. Elle a ajouté : "J'étais complètement bouleversée qu'il me pense insignifiante au point de pouvoir faire ça."

Malgré que l'équipe de campagne du candidat se soit empressée évidemment de démentir en accusant le journal de propager la calomnie et déclarant que "cet article tout entier est une fiction et le lancement par le New York Times d'une campagne de diffamation complètement fausse sur un tel sujet est dangereux", d'autres témoignages concordant avec les précédents ont très rapidement suivi.

Ainsi, le journal Palm Beach Post a rapporté le témoignage de Mindy McGillivray, âgée de 36 ans, habitant en Floride. Elle a accusé Donald Trump de lui avoir agrippé les fesses sur son domaine de Mar Lago, il y a 13 ans, quand elle était assistante d'un photographe.

Un autre média a dévoilé le témoignage d'une ex-Miss Washington, Cassandra Searles, qui a expliqué avoir été pelotée par le candidat qui possédait le concours Miss America.

En parallèle, la chaîne de télévision CBS a émis des extraits de son émission Entertainment Tonight de 1992, dans l'un desquels on peut voir clairement Donald Trump dire à un groupe de fillettes de 10 ans que d'ici une dizaine d'années, il "sortirait" avec l'une d'entre elles. Il était âgé alors de 46 ans.

Sans commentaire !