1, 2, 3... Réveil_peur_wp

Digne d'un scénario de film, cette anecdote pourrait également ressembler à une blague d'humour noir...

À Oviedo, capitale des Asturies, ville du nord-ouest de l'Espagne située entre la cordillère Cantabrique et le golfe de Gascogne en Espagne, le personnel de l'institut médico-légal s'apprêtait à pratiquer une autopsie sur un homme lorsque celui-ci s'est avéré être bien en vie.

Selon la presse locale, Gonzalo Montoya, âgé de 29 ans, était détenu dans une prison près d'Oviedo où il purgeait une peine pour vol de métaux. Il a été retrouvé inanimé dans sa cellule le 7 janvier au matin après une tentative de suicide supposée. Trois médecins ont ensuite "observé qu'il ne présentait aucun signe de vie", a ainsi déclaré un porte-parole de l'administration pénitentiaire.

Le "mort" a été alors transféré à l'institut de médecine légale d'Oviedo et c'est là qu'il s'est réveillé. "Il s'est aperçu qu'on le sortait de la housse pour le mettre sur la table et pratiquer l'autopsie", a expliqué le père du prisonnier, José Carlos Montoya, aux journalistes. Celui-ci a aussi affirmé que son fils était inconscient à la suite d'une tentative de suicide par ingestion de médicaments et que son corps était marqué en vue de l'autopsie au moment où il a repris connaissance.

1, 2, 3... Réveil_colère_wp

La femme du détenu a témoigné auprès du quotidien espagnol El Mundo : "La première chose dont il se souvient, c'est qu'il était dans un sac noir. Incapable de parler, il s'est mis à grogner jusqu'à ce qu'un médecin l'entende et ouvre le sac".

Gonzalo Montoya qui n'était pas à sa première tentative de suicide a été évacué par la suite à l'hôpital.

Son père a précisé au journal espagnol que son fils souffrait de problèmes rénaux ainsi que d'une pneumonie liée à son placement dans le réfrigérateur en concluant : "Il était complètement défiguré, très enflé".

Enfin, l'administration pénitentiaire et le gouvernement régional des Asturies ont ouvert séparément une enquête. Pour l'instant, ils ne sont pas en mesure de préciser la durée durant laquelle l'homme avait été considéré mort.