Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

Alba

Le 13 octobre 2017, 10:52 dans Humeurs 0

Alba_1_wp

Alba, âgée aujourd'hui de 5 ans, est une femelle orang-outan (Pongo pygmaeus) de l'île de Bornéo unique en son genre. Elle est la seule connue de son espèce qui soit albinos. Elle est de ce fait plus fragile que ses congénères. Selon Associated Press (AP), une agence de presse internationale, Alba est malentendante, possède une mauvaise vue et présente un haut risque de développer plus tard un cancer de la peau. Elle ne peut donc être remise en liberté sans surveillance.

Sa découverte fut malheureusement faite dans de tristes conditions. Enfermée dans une cage par des villageois dans la province de Kalimantan Centre, partie indonésienne de l'île de Bornéo, elle fut secourue par l'ONG Borneo Orangutan Survival Foundation (BOSF) en mai de cette année. Infestée de parasites, déshydratée, elle était très amaigrie. Depuis son poids a plus que doublé et ses sauveteurs souhaitent qu'elle profite de sa nouvelle vie dans un endroit protégé. La fondation a alors lancé un appel aux dons en vue d'acheter une parcelle de forêt de 5 hectares, proche du Centre de réhabilitation des orangs-outans situé sur l'île, dans laquelle Alba pourrait évoluer en toute sécurité accompagnée de trois autres orangs-outans avec lesquels elle s'est liée d'amitié après son sauvetage. L'ONG s'est fixé l'objectif de récolter 80 000 $ pour l'achat de ce terrain.

En rappel. Un article publié en juillet 2017 dans la revue Scientific Reports et relayé par le magazine Sciences et Avenir a rapporté qu'au cours de ces dix dernières années un quart des orangs-outans de l'île de Bornéo a disparu. La destruction de leur habitat, la chasse ainsi que les abattages déciment une espèce au mode de vie fragile. Chaque année, 2 500 orangs-outans environ sont tués.

Alba_2_wp

Les panneaux solaires prennent de la couleur

Le 12 octobre 2017, 15:47 dans Technologie 0

Les panneaux solaires prennent de la couleur_wp

Superbe innovation made in France en matière de solaire !

La société française Sunpartner a inauguré sa première ligne de fabrication industrielle de panneaux solaires colorés et transparents s'intégrant à la façade même des bâtiments.

Ce marché devrait représenter plus de 2,5 milliards € dès 2023.

Cette entreprise basée à Rousset dans les Bouches-du-Rhône vient ainsi d'inaugurer ce 5 octobre sa première ligne de panneaux solaires colorés et transparents qui s'insèrent à la façade propre des bâtiments et d'une capacité de 150 000 m2 par an. Avec le soutien de la Banque européenne d'investissement (BEI) qui a engagé un montant de 15 millions €, cette innovation met déjà l'eau à la bouche de nombreux investisseurs.

Or cette idée date de 2008. Le fondateur Ludovic Deblois décide alors d'entreprendre des recherches de production d'énergie solaire qui pourrait s'assimiler aux bâtiments dans le respect conceptuel de ces derniers. Bien qu'actuellement les panneaux photovoltaïques conservent leur fonction première d'exploiter au maximum le rayonnement solaire, ils restent majoritairement très visibles et inesthétiques. La volonté du fondateur a été donc d'inclure ces panneaux dans les murs en faisant d'eux un élément architectural design. Et ce qui fut une utopie à cette époque s'est concrétisée aujourd'hui par un encadrement juridique. De plus en plus l'énergie solaire est considérée comme l'avenir, notamment au niveau des bâtiments qui produiraient à eux seuls l'énergie dont ils auraient besoin. "La réglementation européenne sur les bâtiments à énergie positive est une formidable opportunité pour Sunpartner. La façade verre ou opaque devient productrice d’énergie et favorise ainsi l’autoconsommation", a d'ailleurs déclaré Ludovic Deblois. Avis partagé par le Réseau de transport d'électricité (RTE) gérant les lignes à haute tension qui estime que l'autoconsommation va radicalement modifier la distribution électrique.

Les panneaux solaires prennent de la couleur_arc-en-ciel_wp

"Rendre invisible la production d'électricité", tel est l'objectif de Sunpartner. Ayant baptisé ses produits par l'abréviation Wysips, signifiant "What you see is photovoltaïc surface" (Ce que vous voyez est une surface photovoltaïque), il aura fallu toutefois à la société de maints efforts de recherche ainsi que 150 brevets déposés afin de rendre ces panneaux invisibles.

"Wysips s’appuie sur une technologie concurrente du silicium cristallin, les couches minces du cuivre, gallium, indium, sélénium (CGIS). Cette famille de minéraux est capable de capter les électrons même dans une structure désordonnée. Le rendement de conversion de cette technologie (autour de 15%) est inférieur au silicium (20%), mais les avantages sont nombreux : fabrication facile (le CGIS s'étale comme une peinture en couche de 10 à 100 microns sur des supports de verre ou de polymère), coûts de production faibles, génération d’électricité dès qu’apparaît la lumière du jour. Ces panneaux peuvent donc se découper aux tailles demandées et n’ont pas besoin d’être posés inclinés face au rayonnement solaire. On peut donc les mettre en façade." (Loïc Chauveau, journaliste du magazine Sciences et Avenir)

Le seul souci est que ces panneaux sont de couleur noire. Alors Sunpartner a eu l'idée de modifier la couche de CGIS en développant avec leurs fournisseurs de machines-outils, un laser spécifique permettant de perforer ou diminuer cette couche afin que la lumière puisse traverser. Franck Edme, ingénieur en charge de cette ligne de production, a ajouté : "Nous perdons de ce fait du rendement électrique, mais nous multiplions les usages". Et ce sont ces usages qu'apporte en valeur ajoutée Sunpartner.

Des fenêtres intelligentes. La société est parvenue à produire des vitres complètement transparentes qui gardent une capacité de production de 18 à 50 Watts crête (puissance maximale d’une installation) par m2 (Wc/m2), équivalant à la puissance d'alimentation utile pour un store, une ouverture automatique ou encore une alarme. Thierry Godard, commercial de la société pour l'Asie, a spécifié : "Nous proposons ainsi des fenêtres dont les fonctions automatiques sont indépendantes du système électrique de la maison et n’ont donc pas besoin d’être câblées au réseau." Et ce système peut également s'appliquer aux véhicules de transports (les vitres n'ont plus besoin d'être reliées à la batterie) ainsi qu'à l'aviation. D'ailleurs, Airbus est en train de tester des hublots qui s'opacifient sans qu'ils aient la nécessité d'être reliés à l'alimentation électrique générale de l'appareil.

Les panneaux solaires prennent de la couleur_colorés_wp

"Des montres et des téléphones alimentés par des petits panneaux solaires", tel est l'autre objectif de Sunpartner.

Les objets connectés. L'entreprise a déposé des brevets pour des petites pastilles de CGIS appliquées sur des polymères pouvant ensuite se coller sur des montres, des téléphones portables. Franck Edme a expliqué : "Ces puces ne permettent pas une autonomie totale de l’objet mais réduisent les besoins de recharge. Par ailleurs, la batterie n’est jamais à plat ce qui est précieux quand on travaille en extérieur ou quand on fait une randonnée." Ce même 5 octobre, Sunpartner a du reste annoncé son partenariat avec la société chinoise Truly, située à Shenzhen, pour la production en masse d'écrans solaires destinés aux objets dits itinérants. Et dès 2018, des montres bracelets équipées d'un composant photovoltaïque ultra fin vont être proposées sur les marchés européens et asiatiques. Ludovic Deblois a conclu : "Cette application devrait se développer encore plus avec les Oled, ces éclairages intégrés beaucoup plus économes en énergie où les cellules photovoltaïques seront encore plus pertinentes."

Enfin Sunpartner qui avait proposé aux architectes de mettre en valeur l'esthétique des panneaux solaires vient de remporter la médaille d'or du concours de l'innovation du "Mondial du bâtiment", qui ouvrira ses portes le 6 novembre prochain à Paris, avec son produit "caméléon".

Les panneaux solaires prennent de la couleur_caméléon_wp

Octobre rose

Le 11 octobre 2017, 12:44 dans Forme 0

Octobre rose_cancer-sein_wp

Depuis un certain nombre d'années, le mois d'octobre, baptisé Octobre rose, est consacré à la sensibilisation au cancer du sein.

Chaque année, 54 000 nouveaux cas et 12 000 décès du cancer du sein sont à déplorer. Ce cancer est le plus fréquent chez la femme en France. Son traitement lourd qui aboutit la plupart du temps à la mastectomie est vécu comme une angoisse, un drame même chez certaines femmes. Car, cette intervention est synonyme pour beaucoup d'une partie de la féminité qui disparaît à jamais.

Or, un nouveau facteur est entré en compte pour permettre aux femmes ayant survécu à ce cancer à les aider à se reconstruire en acceptant leur nouveau corps. C'est le tatouage. Cette mode qui se popularise de plus en plus est une bénédiction pour ces femmes. Grâce à lui, ces survivantes apprennent à se réapproprier leur corps. Du tatoueur qui répare la poitrine des femmes aux motifs les plus sophistiqués, ce procédé s'avère être une bonne thérapie.

Voici quelques photos de ces magnifiques tatouages :

Voir la suite ≫