Mt. Fuji avec des couleurs d'automne au Japon.

Mont Fuji avec des couleurs d'automne au Japon

Le "Brain food" (nourriture spirituelle) est une activité à laquelle j'ai participé via le club.

Bien différente des autres et très passionnante, elle a lieu le soir, une fois par mois. Une expatriée parle de son pays d'origine durant une bonne heure a travers un exposé qu'elle a au préalable préparé.

Celui-ci était sur le Japon. Et pour mon premier brain food, le moins que je puisse dire, c'est qu'il était vraiment réussi. Je n'ai absolument pas vu la soirée passée.

Je vais donc à mon tour partager avec vous cette magnifique soirée, surtout ce moment où le temps s'est arrêté pour partir au pays du soleil levant.

Attachez vos ceintures ! Direction : Japon

brain-food_japan_sanctuaire_wp

Un sanctuaire au Japon

Entre tradition et modernité, le Japon est un pays en sans cesse mutation qui a connu au travers de son histoire de multiples rebondissements. Tout en longueur, ce pays insulaire de l'Asie de l'Est est situé entre l'océan Pacifique et la mer du Japon, à l'est de la Chine, de la Corée et de la Russie, et au nord de Taïwan.

Dans le sens étymologique, les caractères chinois (kanjis) formant le nom Japon signifient "pays (, kuni) d’origine (, hon) du soleil (, hi)", d'où la désignation du pays du soleil levant.

brain-food_japan_sanctuaire-o-torii_wp

Sanctuaire O-torii

Depuis 1945, il compose un archipel de 6 852 îles de plus de 100 m2, dont les 4 plus grandes sont Hokkaidō, Honshū, Shikoku, et Kyūshū constituant à elles seules 95 % de la superficie terrestre du pays. S'étendant sur plus de 3 000 km, le Japon est le 10è pays le plus peuplé au monde ; 127 millions d'habitants pour 377 488 km2, soit 337 hab/km2, dont la majorité est concentrée sur les étroites plaines littorales. Le Grand Tokyo, réunissant la capitale de Tokyo et ses préfectures environnantes, représente la plus grande région métropolitaine de la planète avec plus de 35 millions d'habitants. La ville fut à la première place financière mondiale en 1990. L'archipel compte aussi pour la plupart des îles montagneuses, parfois volcaniques, notamment le fameux plus haut sommet du Japon, le mont Fuji avec ses 3 776 m, volcan inactif depuis 1707.

brain-food_japan_tokyo-nuit-people_wp

Une rue de Tokyo la nuit

Réputé à travers le monde, le Japon est un pays développé avec un niveau de vie très élevé, le 17è selon l'Indice de Développement Humain (IDH), et ayant la plus longue espérance de vie, selon les estimations de l'ONU.

Mais, le Japon n'offre pas qu'une carte postale idyllique, il souffre de problèmes majeurs. Outre la surpopulation concentrée dans les grandes métropoles, il possède également le taux de natalité le plus bas du monde. Il est donc actuellement en déclin démographique. Son poids de la dette publique brute est aussi le plus important de la planète, s'élevant à 250 % du PIB.

brain-food_japan_tokyo-nuit_wp

Tokyo la nuit

Le Japon étant l'un des plus vieux pays au monde montre un paradoxe impressionnant. Par exemple avec Tokyo très lumineux ; il fait jour 24h/24 et 7j/7, très bruyant, de jour comme de nuit, et à l'opposé avec ses endroits zen où calme et sérénité règnent en maître, comme à Kyōto, ville japonaise de la région du Kansai, au centre de Honshū, avec son très célèbre temple du pavillon d'or, Kinkaku-ji

brain-food_japan_kinkaku-ji_the-temple-of-the-golden-pavillon_wp

Kinkaku-ji, the temple of the golden pavillon

En effet, Tokyo fait partie des villes les plus éclairées au monde. Ses immenses gratte-ciel  ultramodernes sont entièrement recouverts d'immenses panneaux d'affichage lumineux. Elle grouille sans cesse de monde, d'où son appellation de "ville qui ne dort jamais" et se veut être ainsi la démonstration de son niveau de technologie.

Mais, le Japon est aussi un pays qui, malgré son modernisme ultra-sophistiqué, a conservé sa culture traditionnelle, son patrimoine ancestral, tant dans la complexité de son écriture que de son histoire.

brain-food_japan_tokyo-carrefour-de-shibuya_wp

Carrefour de Shibuya à Tokyo en pleine journée

La langue japonaise s'est agencée tout au long des siècles de sinogrammes (logogramme chinois ayant un son et un ou plusieurs sens, utilisé en japonais et autrefois en coréen et en vietnamien) afin de forger une écriture composée aujourd'hui de 4 systèmes graphiques : kanji (sinogrammes ou logogrammes), hiragana et katakana (deux écritures syllabiques) et romaji (l'alphabet latin)

Le japonais se lit ainsi de plusieurs manières, selon les ouvrages (la couverture de certains magazines par exemple se trouve au dos et se lit donc de la dernière page vers la première) et sur une même page, de gauche à droite pour le titre et de haut en bas pour les articles en colonne, toujours en partant de la droite vers la gauche.

brain-food_japan_journal_wp

Journal japonais (Manga)

Quant à son histoire, le Japon s'est bâti sous 3 périodes importantes.

Les archéologues estiment que la création du pays daterait de plus de 12 000 ans. Jusqu'au 12è siècle, le Japon fut plus ou moins sous l'influence culturelle chinoise. À partir de ce siècle la réalité du pouvoir fut prise en main par une classe guerrière étrangère à la cour impériale, les samouraïs. Cette période féodale dura jusqu'au 16è siècle, où l'arrivée de commerçants étrangers, essentiellement Portugais, Néerlandais et Anglais avec des missionnaires chrétiens, bouleversa le pays. Au 17è, le shogun en place craignit l'invasion de ces puissances européennes chrétiennes et décida alors de bannir la religion chrétienne. En 1635, elle fut formellement interdite sous peine de mort accompagnée de torture et en 1639, le Japon cessa toute relation avec les étrangers, à l'exception très restreinte avec des marchands chinois et néerlandais. Cette période dura deux siècles. Au 19è, la diplomatie de la canonnière, plus connue sous le nom de "politique de la canonnière" des États-Unis, avec le commodore Matthew Perry, força le Japon à s'ouvrir à l'Occident ; le pilonnage de ses ports obligea le Japon en 1854 à signer la convention de Kanagawa. La canonnière était le symbole de la projection des puissances jusqu'au début du 20è siècle. La "politique de la canonnière" consistait à tirer au canon depuis la mer sur les côtes des États qui ne payaient pas leurs dettes financières. À partir de cette période la société japonaise se transforma profondément. Le shogun fut contraint de démissionner pour laisser place à l'empereur au pouvoir. En 1868, la restauration Meiji révolutionna le pays. L’ère Meiji qui dura de 1868 à 1912 fut l'une des périodes majeures du Japon, le basculement du système féodal vers un système industriel à l'occidentale. Ce bouleversement social, politique et culturel déboucha sur des grandes avancées dans les domaines de l’industrie, de l’économie, de l’agriculture et d’échanges commerciaux. Ces mutations donnèrent naissance à une forte ambition. L'expansionnisme militaire débuta alors. Dès la fin de l'ère Meiji, le Japon se lança dans une longue série de guerres en vue de conquérir encore plus de territoires et ce qui l'entraîna à s'engager dans la Seconde Guerre mondiale. En 1945, l'empereur Shōwa au pouvoir, connu sous le nom usuel en Occident de l'empereur Hiro-Hito et dont son règne fut le plus long de l'histoire japonaise (62 ans), fut contraint de capituler ; le Japon fut forcé d'accepter la reddition et les conditions des Alliés par la déclaration de guerre soviétique et les bombardements atomiques de Hiroshima et de Nagasaki à la conférence de Potsdam, incluant notamment le désarmement, la perte de ses conquêtes et l'occupation du territoire, mais l'institution impériale fut épargnée. Le pays demeura alors sous tutelle des États-Unis jusqu'en 1951, traité de San Francisco, qui lui imposèrent une nouvelle constitution plus démocratique et l'aidèrent financièrement. Cela permit le renouveau du Japon ; l'économie se redressa rapidement et la prospérité fut de retour. En 1964, les Jeux Olympiques de Tokyo et le lancement du Shinkansen (système de train à grande vitesse), signifiant littéralement "nouvelle ligne interurbaine", en furent les symboles. Jusqu'aux années 80, le Japon connut un apogée culturel et économique. Au début des années 90, la chute du gouvernement par une motion de censure (en 1993), les catastrophes d'origines humaines (attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995) et naturelles (tremblement de terre de Kōbe en 1995) marquèrent la fin de cette formidable croissance. En 2011, un grave séisme de magnitude 9.0 qui déclencha un tsunami frappant l'est Tōhoku autour de Sendai, provoquant des milliers de morts et de graves dégâts dans toute la partie nord-est de Honshū, ainsi que l'accident nucléaire de Fukushima furent le coup de grâce pour le pays. Cependant, de par sa technologie qui reste toujours à la pointe, le pays tend à se relever progressivement.

brain-food_japan_nourriture-traditionnelle-repas_wp

Cuisine traditionnelle japonaise

Par ailleurs, le Japon possède également une autre force, celle de sa cuisine traditionnelle, qui d'ailleurs cette année est entrée au patrimoine culturel de l'Unesco, grâce à l'umami (représentant le goût donné par l’acide aminé le glutamate), l’une des cinq saveurs de base avec le sucré, l’acide, l’amer et le salé.

brain-food_japan_nourriture-traditionnelle_wp

Cuisine traditionnelle japonaise

La cuisine traditionnelle japonaise est très compliquée dans sa réalisation. Cette cuisine se veut être saine au maximum, car pour les Japonais l'hygiène du corps est aussi importante extérieurement qu'intérieurement. Tout en voulant ainsi conserver le plus possible le goût authentique de l'aliment et ses bienfaits nutritionnels, elle lie avec harmonie les aliments le plus naturellement, voire crus, et des saveurs sucrées, salées, acidulées ou amères. Par exemple, une méthode de préparation de viandes consistera simplement à faire griller les viandes sans aucune matière grasse avec en simples accompagnements des sauces légères, pimentées parfois, bourrées d'antioxydants pour le bien-être de notre organisme et des légumes qui seront crus ou cuits à la vapeur. Ainsi les protéines, les vitamines, etc., tout ce dont notre organisme a besoin au quotidien sera respecté en un parfait équilibre.

brain-food_japan_nourriture-traditionnelle-unesco_wp

Cuisine traditionnelle japonaise

Or, la cuisine traditionnelle n'est pas la seule aujourd'hui dans le pays, une autre forme de cuisine plus adaptée à la vie trépidante des Japonais a vu le jour depuis déjà un moment, le bento ou Bentō (repas rapide ou encore casse-croûte contenu dans un coffret pris hors de la maison, mais aussi une façon de présenter le plat unique), très populaire au Japon.

brain-food_japan_nourriture-bento-de-luxe_wp

Bento de luxe

Cette nouvelle mode culinaire est apparue avec la modernisation et les échanges culturels. La cuisine à l'américaine avec ses fast food et autres n'a pas épargné le Japon. Comme de nombreux pays, cette méthode rapide d'alimentation a envahi le pays. Même si celui-ci a sur garder sa tradition d'équilibre alimentaire, les Japonais sont touchés eux aussi par des problèmes d'obésité.

brain-food_japan_nourriture-bento_wp

Bento

Les bentos rencontrent donc un énorme succès au Japon, surtout au niveau de la jeunesse, de par leur rapidité de consommation, leur facilité (le tout fait) et surtout leur côté ludique, où des personnages divers de l'univers Manga sont souvent mis à l'honneur, notamment pour les enfants (Pokémon, Hello Kitty, etc.)

brain-food_japan_nourriture-bento-pokemon_wp

Bento pokémon

Voilà, c'est ici que s'achève notre voyage spirituel. J'espère qu'il vous donnera peut-être envie de le concrétiser pour ceux ou celles qui ne sont jamais allés au Japon.

Bon dimanche !