Charleroi et son trou normand_carte-vins1_wp

Pour notre second jour de voyage, je vous emmène au restaurant ! Mais pas n'importe où ! Nous allons faire un tour en Normandie, tout en restant en Belgique, et sans pour autant nous télé-transporter, comme dans Star Trek, ni traverser un miroir inter-dimensionnel. Nous allons simplement franchir la porte d'un restaurant qui s'appelle Au Trou Normand !

Réputé à Charleroi, par la vieille génération, comme étant le restaurant gastronomique incontournable, celui-ci propose un menu uniquement à la carte de cuisine typiquement française, enfin typiquement...

Or, avant de nous mettre à table, il est préférable que vous soyez prévenu de ne pas vous attendre à déguster des plats préparés par Philippe Etchebest ! Ce restaurant est resté un peu bloqué dans les années 80.

Le cadre est cosy, s'apparentant davantage à une taverne qu'à un restaurant classique. Le personnel est agréable, malgré un peu trop de chichis à mon goût et ne s'avérant pas, par la suite, à la hauteur des espérances...

Attaquons-nous maintenant au cœur du sujet !

Le plus. L'atypisme de ce restaurant. Sa carte des vins est plus qu'originale, puisqu'elle est humoristique comme vous avez pu le constater. Et ça, c'est un vrai plus !

Charleroi et son trou normand_carte-vins2_wp

Charleroi et son trou normand_carte-vins3_wp

Malheureusement, le plus important, le repas, un gros moins. Des cuisses de grenouilles qui, les pauvres, se noient dans un beurre à l'ail, plus beurre qu'ail. Un veau marengo qui de même n'a pas échappé à la noyade, mais accompagné de frites faîtes maison qui elles ont l'avantage d'être la partie la moins grasse du plat. Un ris de veau qui s'est enlisé dans un marécage de sauce aux oignons jaunes émincés à la serpe. Et lequel a non seulement attrapé un grand coup chaud à la cuisson, à l'image des cuisses de grenouilles d'ailleurs qui étaient beaucoup trop cuites, mais surtout, qui n'a pas eu la même chance que son copain le veau au niveau de l'accompagnement. Des chicons braisés qui agonisent dans leur bain d'huile. Enfin le plateau de fromage, choisi à la place du dessert, composé de parmesan et de fromage de chèvre sec italien. Rien que du fromage français ! Mais, le clou du spectacle ! Le fameux trou normand servi entre l'entrée et le plat généralement.

Charleroi et son trou normand_cuisses-de-grenouille_wp

Charleroi et son trou normand_veau-marengo_wp

Charleroi et son trou normand_frites_wp

Charleroi et son trou normand_ris-de-veau_wp

Charleroi et son trou normand_chicons-braisés_wp

En rappel, pour ceux qui ne connaissent pas cette tradition normande, le trou normand est du Calvados avec une boule de sorbet à la pomme (de préférence verte), le tout servi dans un verre ou autre contenant. C'est super bon !

Sauf qu'ici, nous avons le verre dans lequel se trouve une boule de glace à la pomme douce accompagnée d'Amaretto ! Et là, on se dit qu'Au Trou Normand, c'est plutôt la botte d'Italie qui le bouche !

Maintenant, c'est l'heure de passer à la caisse ! Une quarantaine d'euros par personne et sans compter l'apéritif et le vin !

Un peu cher quand même !

Bref ! Ce premier restaurant fut certes un essai pas très concluant, cependant les autres qui suivirent ont heureusement rattrapé le coup, surtout un en particulier et n'étant pas un restaurant dans le sens strict du terme...

Toutefois, pour se rendre dans ce lieu qui a été une véritable et formidable découverte, il vous faudra patienter jusqu'à samedi afin de clôturer ce séjour en beauté !

Charleroi et son trou normand_fromage_wp

N.B. : Vous avez dû également remarquer que quelques-unes de mes photos montrent des assiettes vides ou à moitié vides. Ce n'est absolument pas une nouvelle mode photo que je lance. Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu l'autorisation de photographier certains plats, mais pas d'autres ! N'ayant pas cherché non plus à comprendre, j'ai détourné l'interdiction en prenant malgré tout des photos des restes de mon repas. Vous devez aussi vous demander peut-être qu'est ce qui m'est passé par la tête pour vous proposer un tel article sous ma rubrique "Sciences" ? Tout simplement, parce que la cuisine n'est-elle pas une science ? Et pour le coup, une science expérimentale !

Sur ce, je vous retrouve demain pour la suite de notre séjour...