Ah, LE Coffee Morning ! Non, THE Coffee Morning ! Rendez-vous incontournable lorsque vous êtes une expatriée et rencontrez d'autres femmes dans votre situation.

Impossible d'y échapper !

Le principe est simple. Vous vous retrouvez chez l'une des femmes expatriées, à tour de rôle ou chez celle souhaitant l'organiser ou encore celle ayant une cuisine suffisamment grande pour recevoir les invitées, afin d'y boire du café ou du thé accompagné de gâteaux et échanger des discussions de filles. Enfin, plutôt du thé, n'oubliez pas, nous sommes en Angleterre, et le coffee morning est avant tout le tea morning.

Oui, la cuisine ! Je ne sais pour les autres expatriées dans les autres pays, comment cela se passe, mais ici, la tradition anglaise veut que cette réunion dite conviviale se déroule dans the kitchen !

coffee-morning_macarons_wp

Or, avant de vous raconter mon tout premier coffee morning, deux petites précisions sont à apporter.

La première serait une question que vous pourriez vous poser, qu'est-ce que cet article sur le coffee morning fiche sous ma rubrique "Sciences" ?

La réponse est très facile. Dans le domaine de la science, de nombreuses expériences sont réaliser pour pouvoir confirmer ou infirmer une théorie, mais également afin de permettre au monde d'évoluer. Et vous allez vite comprendre que le coffee morning peut se révéler être une véritable expérience scientifique. Maintenant, à savoir si elle pourra faire évoluer le monde, ça ?

coffee-morning_heart_wp

La seconde et dernière, surtout la plus importante, c'est de vous donner un bref historique du club. Il s'est créé il y a plus de vingt ans de ça par un groupe de femmes anglaises, dont certaines ont connu la vie d'expatriée et d'autres qui étaient expatriées sont restées par amour de la région. Elles ont voulu rapprocher les femmes expatriées qui se trouvaient par conséquent isolées et par la même occasion favoriser ainsi les échanges culturels. Le club est alors constitué d'une bonne majorité d'Anglaises et d'une minorité d'étrangères. Le recrutement des étrangères s'est avéré et s'avère difficile pour deux raisons. D'une, nous ne sommes qu'à Grimsby, non à Londres, et de deux, les expatriées par définition et pour la plupart ne restent pas éternellement. Le club a donc vieilli, ses membres anglais aussi et aujourd'hui la moyenne d'âge est autour de 70 ans et plus. Les femmes de la quarantaine et cinquantaine ne représentent qu'à peine 10 % sur un peu plus de 200 membres inscrits en tout, je vous laisse faire le calcul.

coffee-morning_fork_wp

Ceci dit, revenons à nos moutons.

Accompagnée de mes deux charmantes acolytes françaises (les deux seules dans le club que j'ai eu l'immense plaisir de rencontrer et grâce à l'une d'entre elles d'ailleurs qui m'a permise de sortir de ma grotte et d'entrer dans le club), nous nous rendons donc au coffee morning organisé chez une ancienne expatriée qui fait ainsi partie de celles ayant décidé de poser ses valises définitivement ici.

coffee-morning_english-cup_wp

Nous entrons dans un corridor, au bout une porte donnant accès à la cuisine. Attention à la marche ! Les cuisines anglaises (chez les gens aisés) se trouvent souvent en contre-bas, voire au sous-sol. Parce qu'à la veille époque, les maisons des nobles étaient construites sur trois paliers. Au sous-sol ou en contre-bas, se trouvaient les lieux de vie réservés au personnel de maison, dont la cuisine, les chambres (chambres qui pouvaient de même se situer dans une aile à part de la maison, lorsqu'il s'agissait d'un château, ou dans un logis séparé, concernant un manoir), etc. Au premier étage ou rez-de-chaussée, les lieux de vie des nobles, salle de réception, salon, bibliothèque, bureau, etc. Et au dernier étage, tout en haut, les chambres et les toilettes des nobles. Ainsi, personnel de maison et nobles ne se mélangeaient pas. D'où l'expression de ne pas mélanger les torchons avec les serviettes.

coffee-morning_cupcake_wp

Donc, cette cuisine typiquement à l'anglaise, mais avec la particularité d'être aménagée à l'américaine, ce qui est très rare, nous ouvre ses portes. Côté corridor, une sublime table est dressée pour l'occasion, une belle nappe d'un blanc éclatant, plus blanc que blanc, un magnifique service à thé et à café avec son pot à lait et son sucrier. Côté cuisine aménagée, une petite table carrée, style bistrot, recouverte d'une toile cirée très colorée. Et sur le bar à l'américaine, un superbe assortiment de gâteaux divers et variés, des assiettes à dessert faisant partie du service à thé et à café, des petites cuillères en argent accompagnées de leurs sœurettes, des fourchettes à dessert, toujours en argent (et du vrai, sans rire), ainsi qu'un présentoir à serviettes rempli de serviettes en papier assorties au service.

coffee-morning_cup_wp

Autour de la belle table des femmes déjà arrivées sont assises. Timidement, je sors un good morning. Les dames âgées autour de la table me répondent à leur tour en me scrutant de la tête jusqu'au pied avec une discrétion sans pareille, comme si vous passiez le portique de contrôle à l'aéroport qui se mettrait à sonner avec force appelant tous les autres passagers à se retourner sur vous.

Invitées à les rejoindre, nous prenons toutes les trois place à table, évidemment les unes à côté des autres. Un silence d'un froid glacial traverse la cuisine, au point que même si une mouche se serait trouvée là par hasard en plein vol, elle aurait stoppé net ses ailes pour "Ô temps ! Suspends ton vol..."   Notre hôtesse vient alors nous saluer et toutes les trois l'aidons ensuite à faire le service et reprenons notre place.

coffee-morning_cookies_wp

La tasse à café remplie avec sa petite cuillère posée sur le côté droit de la sous-tasse et une serviette en papier, le tout à bien placer à sa gauche sur la table, une part de gâteau dans la petite assiette à dessert accompagnée de sa petite fourchette, à positionner à sa droite, les vieilles dames nous regardent, enfin, nous épient. Sans trop comprendre ce qui se passe, un réflexe incontrôlé se produit. D'un coup, nous nous redressons, collons notre dos bien droit sur la chaise et posons nos deux mains de chaque côté sur le bord de la table.

Le coup d'envoi pour manger sa part de gâteau (au chocolat pour moi) et boire son café ou son thé (café pour les Françaises) est donné par notre hôtesse. Avec style et une dextérité ahurissante, les veilles anglaises coupent sans bruit leur part de gâteau avec la fourchette qu'elles piquent ensuite dans le morceau qu'elles amènent à leur bouche pour le manger, sans faire tomber la moindre miette nulle part, sachant que le gâteau de leur choix est très friable.

coffee-morning_clover_wp

Tentant de me faire encore plus petite que je le suis, je m'essaie à l'exercice en prenant bien garde de ne pas claquer ma fourchette en coupant ma part de gâteau. Je le pique alors, le dos toujours bien droit et la main tremblante, j'avance le morceau à ma bouche et arrive ce qui arrive, le pauvre morceau de gâteau se transforme en ruines de Pompéi. La part de gâteau finie, un amas de miettes jonchent à ma place. Discrètement, je me saisis de ma serviette en papier et d'un geste vif, dont je n'aurai cru être capable d'une telle adresse, je glisse les miettes sous l'assiette à dessert en me disant qu'il est hors de question que je la reprenne pour me resservir et laisser apparaître ainsi ma forfaiture cachée.

coffee-morning_cappuccino_wp

Sur ces entrefaites, des conversations ont commencé à se faire, d'autres femmes sont de même arrivées et nous nous retrouvons désormais une petite dizaine dans la cuisine.

De fil en aiguille, les Anglaises se retrouvent autour de la belle table et nous, les Françaises et autres étrangères, nous retrouvons autour de la table de bistrot.

Midi sonne, chacune regagne ses pénates, nous quittons ainsi Downton Abbey et de retour chez moi, je pense à mon prochain coffee morning en espérant une autre expérience.

coffee-morning_cake_wp

Quoi qu'il en soit, j'ai passé un excellent moment avec mes acolytes françaises devenues dès lors des bonnes copines. Nous avons tissé un vrai lien d'amitié entre nous trois, dû à nos âges proches, nos parcours de vie et notre manière aussi d'appréhender la vie... Nous avons d'ailleurs mis un plan d'action en commun, celui de s'arranger à toujours faire les activités ensemble. Car, malgré tout, un constat assez évident s'est vite fait. Les Anglaises restent entre Anglaises, les étrangères d'une communauté relativement similaire restent entre elles et malgré les efforts incontestables qui se font de part et d'autre, cette scission demeure un fait accompli.

coffee-morning_smiley_wp

Enfin, c'était mon tout premier "Coffee Morning"

D'autres réunions de ce type sont prévues au programme, tels le "neighbourhood coffee", le "cooking dinner", le "cooking lunch", etc., ainsi que des activités autres.

Je partagerai donc avec vous d'autres articles, si vous le voulez bien, relatant ma nouvelle vie d'expatriée "dévergondée" en espérant ne pas trop vous ennuyer avec ça...