Congo - Des personnels de santé au Liberia procèdent à l'enterrement d'une personne suspectée d'être décédée du virus Ebola en octobre 2014 - ABBAS DULLEH/AP/SIPA

Jeudi 11 mai dernier, la République Démocratique du Congo (RDC) a alerté l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) d'une épidémie à virus Ebola qui sévissait dans le pays.

Selon les sources de Radio France Internationale (RFI), relayées sur le site Sciences et Avenir, 9 cas suspects auraient été déclarés dès le 22 avril dernier. 3 personnes seraient dès lors décédées et 1 seul cas d'Ebola aurait été certifié par des tests réalisés dans un laboratoire national à Kinshasa. Le foyer de l'épidémie se situerait à Likasi (nord du pays) dans la province du Bas-Uélé.

Le ministère de la Santé du RDC a demandé l'aide de l'OMS afin de lutter contre ce virus mortel qui a déjà causé la mort de plus de 11 000 personnes en Afrique de l'Ouest entre 2013 et 2016.

En rappel. Le virus Ebola a été identifié pour la première fois au RDC en 1976, le long de la rivière Ebola, proche de la zone actuellement atteinte. Sans une prise en charge rapide et efficace, ce virus est mortel dans 80 à 90% des cas. Il est surtout contagieux au moment du décès où "la charge virale contenue dans les fluides corporels est très importante."

Néanmoins, lors de l'épidémie en Afrique de l'Ouest qui a été ainsi enrayée en 2016, un vaccin a été mis au point et testé avec une certaine réussite clinique.