En Iran, des lois aberrantes imposées aux femmes_wp

En Iran, la loi islamique chiite en vigueur ne ménage pas les femmes en leur imposant des lois absurdes et totalement inimaginables dans nos pays civilisés ; ce terme "civilisé" est utilisé à bon escient en ne pouvant pas mieux trouver son sens propre ici et vous allez vite comprendre pourquoi...

Voici 15 exemples de ces lois complètement hallucinantes :

1 - Le chant

Chanter en public ou sur scène est interdit aux femmes sauf avec l'accord des autorités ; accord qui n'est d'ailleurs jamais accordé.

2 - La conduite mal voilée

Dans la capitale, Téhéran, une femme à bord d'un véhicule en étant "mal ou non voilée" a de suite son véhicule confisquer par le régime.

3 - Les relations sexuelles

Selon le Code Pénal, une femme refusant d'avoir des relations sexuelles avec son mari ne recevra pas de pension alimentaire ; situation catastrophique pour les Iraniennes sachant que plus de la majorité d'entre elles n'ont pas le droit de travailler. Le viol conjugal comme les violences au sein du foyer ne sont pas punis par la loi. Les relations sexuelles lesbiennes sont passibles de 100 coups de fouet et à la 4e récidive, les deux femmes sont condamnées à mort.

4 - Le témoignage

La Constitution affirme que la vie d'une femme vaut la moitié de celle d'un homme. Ainsi, en cas de témoignage, elle devra être accompagnée de 2 hommes, sinon son témoignage ne sera pas recevable, il n'aura aucune valeur. En parallèle, suivant la même logique, les réparations versées pour avoir tué ou blessé une femme sont à la moitié des indemnités dues à l'homme dans le cas inverse.

Shirin Ebadi, avocate féministe et première femme iranienne à recevoir le Prix Nobel de la paix en 2003

5 - Les vacances

La législation exige que les femmes obtiennent la permission de leur mari pour quitter le pays. Aujourd'hui, d'ailleurs, de plus en plus de femmes souhaitent que cette autorisation figure sur leur contrat de mariage.

6 - L'apprentissage et le travail

Il est interdit aux femmes d'étudier la biologie, la littérature anglaise et 75 autres filières universitaires ; celles-ci étant réservées strictement aux hommes. Et le plus incroyable est le prétexte donné par les universités concernées qui expliquent qu'elles n'acceptent pas de femmes dans ces domaines d'étude qui ne leur permettent aucun débouché, alors que les résultats des iraniennes sont bien supérieurs à ceux des hommes. Le pire ! Le gouvernement demande, enfin incite fortement, aux entreprises de favoriser les hommes lors d'un recrutement. Quant aux femmes, il leur recommande vivement de n'embaucher que celles qui ont déjà des enfants.

7 - Le divorce

Une telle demande est considérée telle une atteinte à la virilité et si le mari est consentant, les procédures sont très longues. Les couples désirant divorcer par consentement mutuel doivent avant tout avoir recours à un conseiller conjugal ; le but étant de réduire le nombre de séparations atteignant un chiffre record depuis ces dernières années.

8 - La contraception

Pratiquement impossible à ce jour, puisque le Parlement travaille actuellement sur des lois traitant de la ligature des trompes ainsi qu'à un accès très limité à la contraception. Cette volonté est pour relancer la natalité en chute ces derniers temps.

9 - Les embrassades

Un contact physique entre une femme et un homme n'appartenant pas à la même famille est interdit. En 2014, la bise entre l'actrice Leila Hatami et Gilles Jacob sur le tapis rouge du Festival de Cannes avait d'ailleurs défrayé la chronique iranienne.

Leila Hatami, actrice iranienne, embrassant Gilles Jacob, Président du Festival de Cannes de 2014

10 - Le mariage avec un étranger

Une iranienne voulant se marier avec un étranger doit obtenir une autorisation spéciale du gouvernement et cet étranger doit obligatoirement être musulman ; il est interdit à une femme iranienne de se marier avec un non-musulman.

11 - Les enfants

Après un divorce, la garde officielle est systématiquement donnée à l'homme dès que son fils a atteint l'âge de 2 ans et sa fille, l'âge de 7 ans. Et la femme perd automatiquement le droit de garde en cas de remariage.

12 - L'infidélité

Le couple est sanctionné sévèrement en cas d'adultère. Les deux sont férocement lapidés et sont ensuite enterrés vivants jusqu'à ce que mort s'ensuive, l'homme jusqu'à la taille et la femme jusqu'au-dessus de la poitrine ; l'homme a toutefois plus l'éventualité de s'en sortir.

13 - Un match en compagnie d'hommes

En 2014, lors de la Coupe du monde de football au Brésil, il était interdit à une femme de regarder un match avec un homme. Les femmes avaient de même l'interdiction d'assister aux matchs depuis le stade afin de ne pas être témoin du comportement parfois "vulgaire" des hommes.

14 - Le lieu de vie

L'épouse doit obligatoirement vivre dans le foyer que son mari aura choisi, sauf si celui-ci lui en accorde le droit ; autant dire que cela relève de l'utopie.

15 - La peine de mort des mineurs

Les filles sont passibles de la condamnation à mort dès l'âge de 9 ans et les garçons dès 15 ans. En 2016, l'Iran est le pays au monde qui comptabilise le plus de mineurs dans le couloir de la mort.

En Iran, des lois aberrantes imposées aux femmes_enfants_wp

"Civilisé" ? Lorsque nous nous remémorons... L'Iran, autrefois connu sous le nom de Perse, a donné naissance il y a 2500 ans au premier empire à vocation universelle...