Enfance Majuscule1_wp

Une très belle action à saluer, celle de l'association Enfance Majuscule qui a lancé une campagne des plus originales afin de dénoncer la violence dont encore beaucoup trop d'enfants sont victimes.

Sur le site Le Bon Coin, des annonces banales, comme il en existe tant autres, avec photos et textes descriptifs comportant des fautes d'orthographe ressemblant à celles des autres textes des annonces qui s'y trouvent si souvent, proposent un lit pour enfant, une armoire double, un jouet, etc., disponibles dans la région parisienne ou même dans les Bouches-du-Rhône à récupérer directement à domicile et postées par l'utilisateur Alexis Danan. Rien d'étrange jusqu'ici.

Enfance Majuscule1_text_wp

Hormis pour l'intéressé qui, s'attardant sur la galerie d'images en la faisant défiler, peut alors apercevoir un enfant caché sur la photo et la même photo opacifiée qui suit avec ce texte inscrit en rouge :

Et ces annonces correspondent en réalité à une campagne choc de l'association qui les a mises en ligne sur l'un des sites les plus consultés en France afin sensibiliser le maximum de personnes sur les violences quotidiennes et encore trop méconnues que subissent actuellement presque 100 000 mineurs en France et qu'1 Français sur 10 a vécu dans son enfance. L'association a voulu "interpeller les Français dans leur quotidien et rendre visible l'invisible."

Enfance Majuscule2_wp

Anne-Marie Clément, présidente nationale de la Fédération des Comités Alexis Danan, dont fait partie l'association Enfance Majuscule, a ainsi déclaré au journal Le Figaro : "La protection de l'enfant doit être une priorité de la France. Or, on s'aperçoit que la parole de l'enfant n'est pas systématiquement entendue. On la dévalorise au risque de laisser l'enfant seul face au danger."

Alors, chers amis, si vous soupçonnez la mise en danger d'un enfant, vous pouvez appeler le 119, le service national d'accueil téléphonique pour l'enfance en danger (SNATED)

Enfance Majuscule2_text_wp

Et cette action ne doit surtout pas être considérée comme un acte de délation, mais comme une aide à un enfant qui souffre et à qui peut-être vous sauveriez la vie.

En 2013, un rapport a fait état de 33 enfants tués dans des violences conjugales, dont 13 en même temps que leur mère.