Espagne_des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées_flag-statue_wp

Il semblerait qu'effectivement le crétinisme se répand de plus en plus dans notre monde. Si ce n'est autre avec ce fait qui a défrayé la chronique espagnole récemment.

Jeudi 7 mars, la Guardia Civil (Garde civile espagnole, force de police à statut militaire) a découvert dans des chambres séparées deux personnes âgées droguées et nourries par une sonde naso-gastrique, alors qu'elle enquêtait sur la mort suspecte d'une autre femme âgée.

La garde civile de Cadix, en Andalousie, a découvert deux personnes âgées, allemande et néerlandaise, dans des "conditions d'hygiène et de santé déplorables", enfermées dans une résidence de la station balnéaire de Chiclana de la Frontera, en Andalousie. Elles étaient droguées et alimentées via une sonde naso-gastrique. L'âge de ces deux vieilles dames n'a pas été précisé. Elles ont été toutes deux transportées dans une maison de soins où leur état s'est "amélioré significativement".

Un couple germano-cubain, Markus et Estrella, se faisant passer pour des soignants, a été arrêté. Il avait volé plus de 1,8 millions d'euros à des personnes âgées avec lesquelles il avait préalablement sympathisé.

Espagne_des personnes âgées retrouvées séquestrées et droguées_guardia-civil-emblem_wp

La police enquêtait sur la disparition, puis sur la mort troublante de Maria Babes, une riche allemande de 101 ans qui vivait à Tenerife, l'une des îles de l'archipel des Canaries. La disparition de celle-ci avait été signalée par la police de Francfort, Allemagne, auprès de la police espagnole qui avait rapidement retrouvé Maria Babes dans une maison de retraite, où elle était arrivée en mauvaise santé. Elle avait expliqué à la Guardia Civil que le couple l'avait approchée à Tenerife. Elle l'avait ensuite suivi à Cadix afin qu'il prenne soin d'elle. Elle s'était alors retrouvée enfermée et menottée dans une maison durant des mois. Plus tard, le couple était allé rechercher Maria Babes dans sa maison de retraite. Cinq heures plus tard, elle décédait. Le couple avait subséquemment insisté pour une incinération, empêchant toute autopsie.  "En octobre, elle avait plus de 162 000 euros à la banque. Et moins de 300 mi-décembre, après l'apparition de ce couple dans sa vie. Sa maison à Tenerife a par ailleurs été vendue - par le couple - sans qu'elle reçoive le moindre euro", a déclaré la Guardia Civil dans un communiqué. C'est en parvenant à appréhender enfin ce couple que la Guardia Civil trouva lors de la perquisition de la maison du couple une autre résidence louée à proximité. Ceux femmes âgées ayant pu être sauvées ont été alors découvertes.