Et si demain c'était hier_drapeau-France_wp

Comme vous l'avez constaté, je n'écris pas sur la politique. D'ailleurs, je n'évoque pas ce domaine. Bien que quelque-uns de mes articles l'aient effleuré, ils n'ont concerné que des dirigeants publics dont leurs propos ou agissements se sont révélés être à l'encontre des droits humains, surtout se voulant restreindre ceux de la femme.

Je n'aime pas parler de politique. C'est un sujet de discorde. Une discussion délicate. Une matière qui prête à une interprétation personnelle subjective. Un débat qui quelque part et de manière factuelle n'amène nulle part.

Nous nous disputons souvent pour rien, puisque nous n'avons pas le pouvoir. Malgré nos voix démocratiques et directes (en France) nous permettant d'élire nous-mêmes notre Président, contrairement à nos amis américains qui doivent passer par l'intermédiaire des grands électeurs, nous ne décidons absolument de rien par la suite. La majorité est satisfaite. La minorité est déçue. Mais en fin de compte, tout le monde subit.

Et si demain c'était hier_drapeau-coeur_wp

Je ne parle pas de politique. Car quoi qu'il soit, nous nous apercevons que dans le temps les idéaux ne sont que des théories qui demeureront à ce stade. Les pratiques sont toutes autres. Les hommes ou femmes politiques traînent tous et toutes leurs casseroles. Ils sont plus ou moins, enfin plus que moins, corrompus. Des emplois fictifs au détournement de fonds publics, etc.

Et je ne dérogerai pas à ma ligne de conduite. Je ne parlerai pas de politique.

Mais, l'heure est grave pour mon beau pays, la France.

Que lui est-il donc arrivé ?

La France, le pays des droits de l'Homme. Le pays qui affiche fièrement et à juste titre sa devise : LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

Et si demain c'était hier_drapeau-oval_wp

Ce pays ouvert aux autres, aux cultures et divergences religieuses internationales. Cette terre d'accueil qui offre, malgré ce que peuvent penser ou dire les détracteurs, la réelle possibilité sociale de faire ou recommencer sa vie en toute liberté.

Quel autre pays au monde propose-t-il un système de sécurité sociale meilleur que le nôtre ? Une liberté d'expression à la Charlie hebdo ?

Certains comme certaines ne seront peut-être pas d'accord avec ces propos. Pourtant, il suffit de vivre, ne serait-ce que quelques petites années, hors de ce cher hexagone pour prendre conscience que l'herbe n'est pas plus verte ailleurs.

Sans vouloir m'avancer outre mesure ou affirmer la pensée des autres expatrié(e)s, notre belle France est un pays où il fait bon vivre.

Et si demain c'était hier_drapeau-coq_wp

Un pays qui a bâti, certes, son histoire par et dans le sang, mais quel pays ne l'a pas fait ? Un pays où la perfection n'existe pas, comme ailleurs. Un pays où l'on râle souvent, selon des préjugés mondiaux. Or, nous pouvons nous le permettre, car nous avons cette liberté de faire la grève et de crier dans la rue, sans avoir le débarquement militaire envoyé par le tyran du pays avec l'ordre de tirer à vue. Nous avons vaincu grâce à la Résistance et nos alliés américains la dictature fasciste d'un ancien et cruel temps, dont notre arrière-génération en porte encore les cicatrices...

Donc, je ne parlerai pas de politique. Je dirai simplement que ce dimanche 7 mai à venir sera un jour déterminant pour notre belle histoire française de liberté.

Ce jour ne laissera malheureusement pas place aux idéalistes de croire qu'un simple vote blanc pourrait l'emporter (bien que j'en fasse partie), de croire qu'un miracle pourrait se produire. Ce jour est le jour où nous devrons tous et toutes voter contre l'irréparable, même si le cœur et l'esprit n'y sont pas. Mais ce jour doit affirmer notre identité d'être à jamais le pays de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.