indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-homme_wp

En Indonésie, dans la capitale de Banda Aceh, très récemment, 6 couples plus 1 homme ont été flagellés sur la place publique pour avoir enfreint la loi islamique en vigueur.

Et quelle loi !

Ces couples ont fauté. Ils ont osé se promener dans la rue trop près de l'un de l'autre, se tenir la main en public, s'échanger quelques baisers ou pire encore s'enlacer en se prenant dans les bras, alors qu'ils ne sont pas mariés.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-femme_wp

Ils ont donc été repris à l'ordre et pas à la méthode douce.

Ainsi, 6 femmes et 7 hommes, de 21 à 30 ans, ont été menés devant l'une des mosquées de la capitale pour recevoir une vingtaine coups de bâton dans le dos. La 7è femme a échappé à la sentence, mais de manière temporaire, du fait de sa grossesse.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-1_wp

Obligés de se mettre à genoux, ils ont reçu ce châtiment barbare face à une foule venue assistée à cette pitoyable scène.

La charia qui empoisonne cette région de Nanggroe Aceh Darussalam a de nouveau fait des victimes. Cette loi considère que faire preuve d'affection envers le sexe opposé sans être marié est un délit au même titre que de se livrer aux jeux d'argent, boire de l'alcool ou être homosexuel. Et la punition appliquée est la flagellation, comme au temps du Moyen-Âge.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-2_wp

Un photographe de l'AFP, présent sur les lieux, a ainsi pu rendre compte de cette ignoble peine infligée.

Sous les encouragements de la foule, l'une des femmes en larmes par la douleur a reçu 23 coups de bâton pour s'être "tenue trop près de son petit-ami", l'une des hommes, lui, pour "avoir passé du temps avec un membre du sexe opposé dans un endroit caché d'une manière qui aurait pu conduire à l'adultère."

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-3_wp

Partagées sur les réseaux sociaux par les médias et les internautes qui ont suivi, ces clichés ont fait ressurgir les vives critiques par rapport à cette province, seule à imposer la charia dans ce pays essentiellement musulman.

D'ailleurs, depuis octobre 2015, le Code Criminel Islamique de cette province, au statut autonome unique, a été modifié de façon encore plus stricte, puisqu'il s'est vu réassorti d'un nouveau délit punissable, celui des relations sexuelles consentantes hors mariage.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-4_wp

Les organisations de défense des droits de l'Homme ont dénoncé cette nouvelle mesure comme étant non seulement un viol de la vie privée, mais surtout une autre porte ouverte sur la condition féminine déjà fort bien maltraitée.

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-5_wp

Amnesty International a ainsi déclaré : "Les lois concernant l'adultère sont discriminatoires et ont un impact disproportionné sur les femmes. Les attentes sociales concernant un "comportement approprié des femmes" et les attitudes discriminantes cherchant à contrôler la sexualité des femmes signifient que les femmes et les filles ont plus de risques d'être arrêtées et poursuivies pour ces soi-disant "crimes"."

indonesie_la-loi-islamique-ou-le-retour-aux-methodes-barbares-6_wp

Quant au maire de la ville, il a déclaré à l'AFP que ces jeunes serviraient d'exemple afin que "personne d'autre n'enfreignent la loi à l'avenir"

No comment ! Ces images parlent d'elles-mêmes...