Interpol a démantelé un réseau international de pédophiles_logo_wp

Le 23 mai dernier, l'Organisation internationale de police criminelle, Interpol, a annoncé sur son site le démantèlement d'un réseau international de pédophiles connectés au dark web. L'opération baptisée "Blackwrist" et dirigée par Interpol a ainsi permis de sauver 50 enfants, dont un bébé de 15 mois. 9 suspects ont été appréhendés.

En 2017, Interpol a découvert un site totalisant plus de 60 000 membres issus du monde entier. Sur ce site apparaissaient notamment des images d'abus perpétrés sur 11 garçons âgés de moins de 13 ans. Les enquêteurs ont réussi à localiser des adresses IP aux États-Unis, en Thaïlande et en Australie, par lesquelles les accusés postaient régulièrement des nouvelles photos et vidéos, a rapporté CBS News.

L'enquête a mené au principal administrateur du site et à son interpellation. Selon les informations de la police, ce dernier basé en Thaïlande serait aussi l'auteur des abus sur les 11 garçons, dont son neveu. En leur promettant des jeux, de la nourriture ou un accès à Internet, l'homme attirait les enfants à lui.

Parmi les individus arrêtés, un Australien. Les enquêteurs ont retrouvé en sa possession des milliers de documents pédopornographiques, entre 2011 et 2018, filmés en Thaïlande et en Australie. Sur les différents clichés, l'homme se présentait souvent comme l'auteur principal des abus sur mineurs, dont un bébé de 15 mois.

Lors de son procès en Australie, le juge Liesl Chapman en charge a déclaré : "Vous êtes le pire cauchemar d'un enfant, vous êtes l'horreur de tous les parents et une menace pour la société".

Le Thaïlandais a été condamné à 146 ans de prison et l'Australien à 40 ans, chacun dans son pays de résidence. Les identités des autres individus arrêtés n'ont pas été divulguées. Cependant Interpol a fait part de la déclaration de l'attaché régional du ministère de la Sécurité intérieure américaine, Eric McLoughlin, donnée à Bangkok qui précisait qu'aux États-Unis, "plusieurs arrestations concernent des personnes occupant des postes de confiance, ainsi qu'un individu qui a abusé de son demi-frère de 2 ans".

Le secrétaire général d'Interpol Juergen Stock a également tenu à spécifier : "L'opération Blackwrist envoie un message clair à ceux qui abusent des enfants, produisant du matériel sur l'exploitation sexuelle des enfants et partageant les images sur Internet : nous nous voyons et vous serez traduits en justice".

L'investigation se poursuit et durera plusieurs années. Les enquêteurs mettent encore tout en œuvre afin de sauver d'autres enfants qui auraient pu être victimes de ce terrible réseau.