iran_pas-de-velo-pour-les-femmes-la-rispote_wp

En rappel, à la fin du mois de juillet dernier, un petit groupe de femmes souhaitant assister à un évènement sportif dans la vile de Marivan, en Iran, fut arrêté par la police parce qu'il s'y rendait à vélo et ne respectait donc pas la loi, une nouvelle loi qui interdit les femmes de faire du vélo.

Après l'interdiction de chanter en public, de conduire mal voilée, l'obligation d'entretenir des rapports sexuels avec son mari, sachant que le viol conjugal comme les violences dans le couple portées par le conjoint ne sont pas punis par la loi iranienne, une nouvelle loi à l'encontre des femmes a ainsi vu le jour ; loi édictée par le chef religieux Ali Khamemei qui a déclaré au Iran News Update, média d’État : "Faire du vélo attire l'attention des hommes et expose la société à la corruption, et surtout cela contrevient à la chasteté des femmes, il faut l'abandonner." Que ces messieurs sont des êtres sensibles quand même...

Alors, afin de répondre à cette ixième chaîne enserrant les femmes et leurs droits, Masih Alinejad, vivant en Europe et fondatrice militante de l'association féministe My Stealthy Freedom poste régulièrement sur son compte Instagram des photos de femmes iraniennes posant fièrement et souriantes sur leur vélo, dont elle-même.

Photos sur :

https://www.instagram.com/p/BKlimeRDFgx/
https://www.instagram.com/p/BKlJrYgjghh/
https://www.instagram.com/p/BKjGrnwj43z/

Depuis l'arrivée au pouvoir du président Hassan Rohani les droits des femmes en Iran se réduisent de plus en plus comme peau de chagrin. D'ailleurs, depuis avril 2016, pas moins de 7 000 agents de police morale ont été placés dans les rues afin de vérifier la tenue des femmes.

À ce niveau-là, une question peut se poser : à quand l'interdiction aux femmes d'être des femmes ?