Une belle action à saluer de la part des Islandaises pour lutter contre l'écart salarial entre les hommes et les femmes.

Actuellement, les Islandaises perçoivent une rémunération de 14 % de moins que celle de leurs collègues masculins. Le 24 octobre dernier, elles ont donc décidé d'arrêter le travail à 14h38 précisément, heure à partir de laquelle elles n'étaient plus payées.

Cette action a donné lieu à un spectacle incroyable dans ce pays qui ne compte que 320 000 habitants. Les bureaux de la mairie de Reykjavík et des entreprises ont été désertés pour donner place à une véritable marée humaine féminine qui a envahi les rues de la capitale (photo ci-dessus), dont les femmes à l'unisson criaient au rythme du clap viking qu'elles faisaient.

Le choix de cette date ne fut pas non plus le fruit du hasard. Puisqu'en 1975, les Islandaises agirent de la même façon et pour la même raison. Elles partirent de leur travail à 14h08, à cette époque l'écart étant de 29,7 %, et 90 % suivirent le mouvement, créant une paralysie complète du pays le temps d'une après-midi. Cette action fut révélatrice de l'importance de leur place dans la société et porta ses fruits. Quelques temps après, le Gouvernement fit passer une loi leur garantissant l'égalité salariale. 5 ans plus tard, Vigdís Finnbogadóttir, fut élue et devint alors la première femme Présidente de la République. Elle resta en poste durant 16 ans.

Or, l'égalité salariale tant promise n'atteignit son objectif et fut même reconduite dans les décennies à venir, jusqu'en 2068. Les Islandaises ont donc renouvelé cette action en 2005, 2008 et 2016.

En rappel. En Europe, le salaire d'une femme est de 16,3 % inférieur à celui de l'homme.