Le clonage_cellules-souches-embryonnaires_wp

Alors que l'Intelligence Artificielle se trouve de plus en plus au cœur des débats dans de nombreux domaines, un autre secteur scientifique évolue, lui aussi, à grande vitesse : le clonage humain.

Le clonage se caractérise en deux processus. La multiplication naturelle ou artificielle à l'identique d'un être vivant, c'est-à-dire avec conservation exacte du même génome pour tous les descendants. Ce qui correspond notamment à certaines formes de multiplication asexuée, comme le bouturage. Et la multiplication provoquée d'un fragment d'ADN par l'intermédiaire d'un micro-organisme.

Le clonage_gène_wp

Ainsi en biologie, le terme clonage désigne :

- Le fait de reproduire des organismes vivants afin d'obtenir des êtres génétiquement identiques, pouvant s'appliquer à de simples cellules (clonage cellulaire par prélèvement d'une seule cellule mise en culture de manière individuelle) ou à des animaux, y compris les humains, et des végétaux (clonage reproductif, bouturage). L'ensemble de ces cellules, ou individus, forme un seul et même clone, à condition que le patrimoine génétique soit identique.

- Une technique de biologie moléculaire consistant à isoler un fragment d'ADN et à le multiplier à l'identique en l'introduisant dans une molécule d'ADN dite porteuse, appelée vecteur, permettant son amplification. Cette méthode peut être utilisée pour un clonage partiel, ne portant que sur un fragment de matériel génétique (ADN), et pour le clonage d'un gène entier permettant la production de la protéine recombinante correspondante. L'insertion est souvent réalisée à l'aide d'un vecteur. Les vecteurs les plus communément employés sont les virus ou les plasmides, des petites molécules d'ADN cycliques.

Au sens scientifique, le clonage est l'obtention d'un être vivant génétiquement identique à l'original ; celui qui a donné son génome.

Des véritables jumeaux (monozygotes, c'est-à-dire issus d'un seul zygote, cellule diploïde) chez les animaux comme chez les humains sont des clones naturels. Le clonage dans la nature n'est donc rien de plus qu'un simple mode de reproduction parmi d'autres étant à la disposition des êtres vivants.

Quant au clonage artificiel, bien qu'il soit relativement maîtrisé au niveau végétal, il est plus compliqué sur le plan animal. Malgré des essais prometteurs sur des animaux, les techniques employées ne s'appliquaient pas pour l'humain.

Or, il y a quelques années, des chercheurs ont réussi à dupliquer des cellules humaines. L'article paru le 25 juillet 2014 sur le site du magazine Sciences et Avenir, écrit par Hervé Ratel, vous en donne une explication détaillée.

Le clonage_gène-schéma_wp

Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'une espèce codé dans son ADN, sauf certains virus dont le génome est constitué d'ARN. Il contient tous les gènes codant des protéines ou correspondant à des ARN structurés. Il se décompose ainsi en séquences codantes, transcrites en ARN messagers et traduites en protéines, et en séquences non codantes, c'est-à-dire transcrites en ARN ou non transcrites, mais non traduites. Il dispose d'un ou de plusieurs chromosomes, dont le nombre total varie selon l'espèce considérée. Chaque chromosome peut être en un ou plusieurs exemplaires, généralement deux chez les espèces sexuées (l'un d'origine maternelle et l'autre d'origine paternelle), c'est-à-dire les organismes diploïdes.