Michèle Köbke

La mode est un éternel recommencement parait-il ?

C'est vrai ! Mais, certaines modes anciennes devraient rester au placard !

Notamment le corset qui revient au goût du jour depuis plusieurs mois et dont des stars de télé-réalité n'hésitent pas à en prôner le mérite sur les réseaux sociaux.

L'objectif ?

Mincir !

Sauf que les spécialistes de la santé, eux, ne sont pas du tout de cet avis !

Et pour cause !

La tendance actuelle, de la plus absurde à la plus absurde, est aux formes ressorties, fesses développées, poitrine généreuse et taille cintrée ! Et pour arriver à ce stéréotype utopique, certaines poussent les limites de la "minceur-attitude" jusqu'à l'extrême !

Du "régime Dukan", très controversé, au "régime coton", lequel consiste à avaler des boules de coton trempées dans du jus afin de réduire l'appétit (super intelligent), en passant par les défis débiles du "A4 Challenge", du "iPhone 6", etc., tout y passe pour essayer d'acquérir le "corps idéal", et maintenant c'est au tour du corset de refaire surface avec fureur sur le devant de la scène afin d'avoir une taille de guêpe !

Face à cette tendance minceur extrême qui grandit de manière très inquiétante, les experts de la santé ont voulu réagir pour bien mettre en garde contre les effets très dangereux du port du corset.

L'ostéopathe et membre de la Chambre des Ostéopathes, Guillaume Huntziger, a constaté de plus en plus des patientes qui venaient dans son cabinet pour se renseigner sur le corset : "Toutes mes patientes sont influencées par ce qu'elles peuvent voir dans les médias, même celles bien dans leur peau et sans problème de surpoids." Il a ainsi remarqué l'importante influence des stars de télé-réalité sur ces jeunes femmes, dont ces people vont jusqu'à conseiller telle marque plutôt qu'une autre, parce que soi-disant cette marque favoriserait davantage l'affinage de la taille !

Le médecin nutritionniste, Nina Cohen-Koubi, elle de son côté, s'inquiète de l'obsession du "parfait" chez des femmes essentiellement âgées de 15 à 24 ans en notant que celles-ci n'ont pour la plupart aucun problème de poids particulier et que le corset devient bien plus qu'une torture physique, la torture psychologique : "Souvent ces jeunes femmes développent une sorte de dysmorphophobie et adoptent d'autres types de comportements extrêmes, notamment en manière d'alimentation. Elles peuvent s'affamer pendant des jours pour ensuite passer par des crises intenses de boulimie."

Le port du corset a des conséquences désastreuses, tel le cas de cette jeune allemande de 24 ans, Michèle Köbke, qui a porté un corset 24h/24 pendant 3 ans jusqu'à réduire son tour de taille de 64 cm à 40 cm. Résultat. Aujourd'hui, les muscles de son dos sont atrophiés de façon irréversible et elle ne peut plus ni se nourrir, ni se tenir correctement !

Et ces répercussions dévastatrices ne datent pas d'aujourd'hui. Il a été prouvé que le port du corset provoquait des problèmes dorsaux et musculaires puisqu'il soutient les muscles ; les muscles dorsaux et abdominaux ne sont donc plus sollicités. À long terme, le port du corset peut engendrer des séquelles plus graves. Non seulement, il cause une dégradation de la peau, mais surtout, il peut blesser grièvement les organes internes ; comprimés par le corset, l'estomac et les intestins remontent en abîmant le foie, la rate et les reins, puis le diaphragme n'ayant plus assez de place vient finir par gêner les poumons et le cœur, où la respiration devient alors difficile. Il est à rappeler que l'oxygène est essentiel à tous les organes pour fonctionner. Le port du corset produit d'autres désagréments, tels les reflux gastriques, la constipation et la limitation des mouvements.

Autres risques majeurs. Lors de la grossesse, le bébé ayant occupé une grande place dans le ventre de la mère, les organes ont été mis à rude épreuve et les muscles ont été distendus. Le port du corset postnatal accélère ce phénomène de distension ; les muscles abdominaux étant ainsi maintenus deviennent davantage inactifs et paresseux, alors qu'ils devraient être au contraire plus encore sollicités. Quant aux organes de la maman, ils s'en trouvent de même plus fragilisés.

Et c'est pour toutes ces conséquences dangereuses pour l'organisme que les spécialistes de la santé montent au créneau en dénonçant cette nouvelle mode, le "régime corset", qui ne fait absolument à maigrir puisqu'il n'est pas un régime, même tout du contraire !

L'ostéopathe s'insurge d'ailleurs sur ce qui peut se lire sur Internet : "Certains articles vont jusqu'à parler d’effets comparables au by-pass mais cela est n’a strictement rien à voir. D’un coté, nous avons une chirurgie abdominale qui consiste à réduire le volume de l'estomac et à modifier le circuit alimentaire afin de limiter la sensation de faim. Et de l’autre coté, nous avons le corset qui en écrasant l'estomac réduit peut être la faim mais occasionne en contre partie de graves dégâts." Et il est catégorique : "Le corset ne permet en aucun cas de maigrir. Il s’agit uniquement d’un effet visuel, la seule perte de poids possible est celle liée à une amyotrophie (fonte des muscles qui ne peuvent plus jouer leur rôle) mais en aucun cas à la perte de masse graisseuse." En réalité, le corset compresse et remodèle la cage thoracique.

Le kinésithérapeute et ostéopathe, Vincent Poueyt, affirme même que le corset crée l'effet inverse : "Le corset a un effet psychologique pervers. Le fait de pouvoir modifier artificiellement sa taille nous donne l'impression que l'on peut manger à sa guise puisque ses "défauts" seront cachés par ce stratagème. Ce qui nous amène à faire des excès." Autre le facteur psychologique, le Dr Huntziger vient soutenir cette affirmation par un fait scientifique avéré : "Les vaisseaux sont tellement comprimés que le débit sanguin se trouvant réduit, entraîne une prise de masse graisseuse."

Pour conclure, c'est quand même pour cet inconfort, mais surtout pour ce que représentait l'image du corset, celle de l'oppression, que nos aïeules ont abandonné le port de celui-ci il y a bien longtemps et se sont même battues pour se libérer de cet accessoire opprimant ! Alors, lorsque nous voyons aujourd'hui cette génération de femmes retourner à plus de 50 ans en arrière, il est à se demander, si ces filles ont la moindre notion de ce qu'était ou est un vrai combat pour la liberté de la femme ? Enfin, faut-il égarer une liberté si peu acquise au détriment du dieu esthète ?