Nous avons souvent tendance à mettre en valeur le football en France comme étant le sport national de prédilection, en tout cas, celui le plus apprécié des Français. Et il en est en partie de même outre-atlantique.

Nous nous épanchons également sur les salaires faramineux que ces chers joueurs touchent, allant jusqu'à frôler même l'indécence pour certains.

Or, qu'en est-il du salaire des joueuses ?

Je ne sais pas trop en France, mais à mon humble avis, sans bien sûr aucune certitude ni même preuve à l'appui, cela m'étonnerait fort bien que les joueuses gagnent un salaire équivalent...

Ce qui est certain en revanche pour les footballeuses américaines, elles gagnent largement moins que leurs homologues masculins.

Et au début de ce mois-ci, cinq footballeuses de l'équipe nationale américaine ont réagi en déposant une plainte civile pour discrimination salariale contre la Fédération.

Carli Lloyd, Becky Sauerbrunn, Hope Solo, Alex Morgan et Megan Rapinoe, les cinq des meilleures joueuses de football américain ont ainsi décidé de poursuivre en justice au Civil la Fédération américaine de football, comme elles l'ont déclaré sur la chaîne NBC.

Car, il s'avère que l'équipe féminine gagne quatre fois moins que l'équipe masculine, alors qu'elle comptabilise des performances supérieures.

Sur les sept dernières Coupes du monde, elle en a remporté trois en 1991, 1999 et 2015. Elle a de même généré en 2015 près de 20 millions de dollars de plus que l'équipe masculine et malgré cela, ces bénéfices ne sont jamais répercutés sur les salaires des joueuses.

Selon le New York Times, les footballeuses touchent un salaire annuel de 72 000 $ complété par des primes de matchs n'excédant pas 1 350 $, en comparaison avec les joueurs des grandes équipes masculines qui eux touchent un complément de 5 000 $ par match amical et 17 625 $ en cas de victoire. Pareillement, lorsque les femmes sont sélectionnées pour la Coupe du monde, elles perçoivent 30 000 $ de primes tandis que les hommes peuvent percevoir jusqu'à 68 750 $. Ce n'est qu'au niveau d'une qualification olympique que les primes sont égales.

Dans le Today Show, Carli Lloyd, milieu de terrain a d'ailleurs expliqué : "Je pense que nous avons prouvé notre valeur au long des années. Sortant d’une victoire à la Coupe du monde, la disparité entre les salaires des hommes et des femmes est trop grande. Nous voulons continuer à nous battre. La génération de joueuses avant nous s’est battue. Et maintenant, c’est notre devoir de continuer." Et la gardienne de l'équipe, Hope Solo, a de même expliqué : "Nous sommes les meilleures du monde, nous avons trois Coupes du monde, quatre titres olympiques et les hommes sont payés plus, juste pour se montrer, alors que nous gagnons des tournois majeurs."

Quant à la Fédération, elle a déclaré être "[…] contrariée par cette action. […] Nous sommes aux avant-postes du football féminin et sommes fiers de notre engagement dans la fondation du jeu féminin aux États-Unis ces trente dernières années."

Donc, affaire à suivre...