Le mimosa pète1_wp

Hé oui ! Vous avez bien lu le titre ! Le mimosa pudica (mimosa pudique) est une plante qui pète ! Enfin plus précisément, elle pète par les racines !

Et l'on doit cette étonnante découverte à Rabi Musah, une chercheuse en chimie de l'Université d'Albany, une ville dans l’État de New York.

Le mimosa pète2_wp

Vendue dans les jardineries sous le nom de "sensitive" et très répandue aux Antilles où les habitants l'ont surnommée par ailleurs de ce terme évocateur la "marie-honte", cette plante "pète" par les racines lorsqu'on la touche.

Bien qu'il soit connu depuis fort longtemps la réaction de ses feuilles qui se replient au contact, celle de "ses organes souterrains" demeurait encore un mystère.

Le mimosa pète3_wp

Avertie par des confrères d'une odeur nauséabonde qui émanait des racines lorsqu'elles étaient à nu, la chercheuse a décidé de faire germer des graines de la sensitive. Elle s'est alors aperçue que cet effluve malodorant provenait des plantules lorsque les appendices racinaires composés de micro-sacs étaient effleurés, ces micro-sacs relâchaient ainsi cette exhalaison qu'elle a identifiée comme un mélange de composés soufrés.

Le mimosa pète4_wp

Paradoxalement, le mimosa pudica ne réagit absolument pas en cas d'agression avec un morceau de métal ou de verre. La chercheuse a donc formulé ces hypothèses : "Ces composés représentent peut-être une partie de son système chimique de défense, activé lorsqu’elle est exposée à un prédateur souterrain. Par ailleurs, un ou plusieurs d’entre eux pourraient être allélopathiques, c’est-à-dire empêcher la croissance d’autres plantes à proximité. Ou s’avérer bénéfiques pour la communauté microbienne souterraine avec laquelle la plante interagit."

Le mimosa pète5_wp

Enfin, l'équipe de la chimiste a poursuivi les recherches et a découvert à son tour que des phénomènes similaires s'effectuaient chez d'autres membres de la famille des Mimosaceae.

Alors, qui a dit qu'il n'y avait que les humains qui se la pètent ?