Le tennis mord la poussière1_wp

Alors que le prestigieux Tournoi de Roland Garros prendra fin ce dimanche 11 juin et que les yeux restent rivés sur les exploits sportifs des tennismen, on a pu aussi découvrir en parallèle l'envers du décor.

Une bien sombre image de certains de ces sportifs qui s'estiment peut-être au-dessus du commun des mortels, parce qu'ils ont le titre de sportif.

Sans rappeler ce sordide fait divers ayant eu lieu en février 2016 en Allemagne, où une journaliste belge a été agressée sexuellement en plein direct du Carnaval de Cologne,  évènement qu'elle couvrait, le 29 mai dernier, ce fut au tour de Maly Thomas, reporter d'Eurosport, d'en subir la triste expérience.

Le tennisman, Maxime Hamou, 21 ans, éliminé quelques heures plus tôt du premier tour du Tournoi par l'Uruguayen Pablo Cuevas, a eu des gestes plus que déplacés envers Maly Thomas venue l'interviewer en direct.

La séquence vidéo a scandalisé non seulement de nombreux téléspectateurs qui n'ont pas hésité à l'exprimer sur les réseaux sociaux, mais aussi est allée jusqu'à provoquer la réaction de l'ancienne ministre Cécile Duflot qui a commenté sur Twitter : "Il l'embrasse de force, elle tente de se dégager, il la serre par le cou et tout le monde... rigole..... #fatigue"

Quant à Maly Thomas, elle a confié au HuffPost : "Si ce n'était pas du direct je lui aurais collé une droite. […] Il ne donne pas une bonne image de lui. Il se détruit tout seul en faisant ça." Et tout en dénonçant cette situation "franchement désagréable", elle a mis le doigt sur le reflet "des rapports entre les hommes et les femmes qui peuvent exister dans la vie courante. […] Ce sont des situations que l'on banalise et qui ne devraient pas l'être."

Malgré les critiques qui ont afflué envers le tennisman, la journaliste a tenu à préciser : "Mon intention n'est pas de banaliser cette scène. Mais je ne souhaite pas en faire une polémique." Et elle a conclu : "Je ne veux pas que ce genre de scène se répète."