Jennifer, âgé aujourd'hui de 24 ans, a été victime de harcèlement scolaire, il y a 10 ans de cela.

À travers son témoignage via son blog, blog qu'elle a consacré essentiellement à ce sujet afin de le combattre, elle explique les effets dévastateurs du harcèlement scolaire sur sa vie scolaire comme sur sa vie tout court, puisque actuellement, elle bénéficie d'un statut de personne handicapée.

Faisant face seule avec sa maman à ce problème, elle évoque l'indifférence des adultes, notamment celle de l'équipe pédagogique du collège où elle était élève qui lui répondait à l'époque : "ça forge le caractère"

Elle raconte aussi sa lutte pour se reconstruire et celle qu'elle a entamée pour venir en aide aux autres victimes. Elle invite ainsi les personnes ayant vécu le harcèlement scolaire ou étant en train de le vivre à en parler.

Parce que le harcèlement scolaire n'est pas juste qu'un "jeu d'enfantillage", comme elle le dit si bien, je me joins au combat de cette courageuse jeune femme en raison de mon passé personnel en la matière.

Ayant de même vécu le harcèlement scolaire durant toute ma période au collège (qui a duré 6 années pour ma part, puisque j'ai redoublé plusieurs fois à cause de ça), je ne connais que trop bien les dégâts qu'il peut engendrer dans une scolarité et dans une vie personnelle.

Je me permets donc de relayer le message de Jennifer et vous convie à mon tour à visiter son blog http://journalduneharcelee.e-monsite.com/

Peut-être qu'il pourra aider les ados vivant ce problème, comme les parents de ces jeunes qui se trouvent bien souvent complètement démunis et tout autant seuls que leur enfant vis-à-vis du harcèlement scolaire. Car, bien que l'adolescent soit en première ligne, ses parents en subissent également les conséquences ; aucun parent n'aime voir son enfant souffrir sans pouvoir lui apporter son réconfort.

Enfin, il est toutefois bon de rappeler que les dégâts du harcèlement scolaire peuvent être parfois bien pires, puisque certains adolescents arrivent jusqu'à un point de non retour, le suicide.