Les Jeux Olympiques d'été_anneaux-esprit_wp

Petit résumé de l'histoire des Jeux Olympiques d'été pour la clôture de sa 31è édition.

Les Jeux Olympiques d'été_Baron-Pierre-de-Coubertin_wp

Le Baron Pierre de Coubertin, né le 1er janvier 1863 à Paris et décédé le 2 septembre 1937 à Genève, en Suisse. Historien et pédagogue français, très influencé par la culture anglo-saxonne, il fut convaincu de l'importance de l'éducation physique dans le façonnement des esprits. Fortement engagé pour l'insertion du sport dans les établissements scolaires français, dès la fin du 19è siècle, il participa activement à l'ouverture et au développement du sport en France. À l'issue d'un Congrès qu'il organisa en 1894, il devint le rénovateur des Jeux olympiques de l'ère moderne et fonda le Comité International Olympique (CIO), dont il sera le président de 1896 à 1925. Ce congrès désigna également la capitale grecque comme première ville hôte des Jeux Olympiques et l'exclusion de sportifs professionnels ainsi que des femmes au profit de l'amateurisme et du sexe masculin.

Les Jeux Olympiques d'été_1896-Athènes_wp

Premiers Jeux olympiques d’été en 1896 à Athènes en Grèce, appelés également Jeux de la 1ère Olympiade de l'ère moderne, du 6 au 15 avril, organisés par le Comité international olympique. 9 jours de compétition pendant lesquels 241 sportifs masculins s'affrontèrent dans 9 sports différents, 43 épreuves et 122 médailles. 14 pays participants (Chili, États-Unis, Allemagne, Autriche, Bulgarie, Danemark, France, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Suède, Suisse et Australie). Une cérémonie d'ouverture officielle et une de fermeture officielle. Pas de serment, pas de flamme, pas de mascotte.

J.O._1900_Paris_wp

Jeux de la 2ème Olympiade de l'ère moderne en 1900 à Paris*en France, du 14 mai au 28 octobre. Les organisateurs de l'Exposition universelle répartirent 19 sports, 85 épreuves sur 5 mois dans les limites des Concours internationaux d'exercices physiques et de sports. Pierre de Coubertin et le Comité d'organisation de l'Exposition furent divisés. Ce comité jugea le programme olympique "mesquin et indigne de la nation." À l'époque, l'idée de Jeux Olympiques était peu commune au public comme au monde sportif. Il fallut la ténacité de Pierre de Coubertin afin d'imposer cette idée qui aboutit à la reconnaissance des Concours internationaux en tant que Jeux olympiques au printemps 1899. Pourtant, aucune affiche, aucun programme ou médaille de l'Exposition ne montrèrent les Concours internationaux comme Jeux Olympiques. Qui plus est, les Concours internationaux n'ayant prêté que peu d'intérêt à leur anoblissement en Jeux Olympiques, les nombreux sportifs qui moururent ne surent même pas qu'ils avaient concouru pour des Jeux Olympiques. Et les femmes y firent leur première arrivée. Elles purent ainsi participer aux épreuves de tennis, de golf et de manière très limitée à celles de tir, voile, équitation, croquet, pêche, ballons, sauvetage, aviron ou encore aux épreuves scolaires. Aucune cérémonie d'ouverture et de fermeture officielle. Seul un défilé de gymnastes le 3 juin eut lieu dans le vélodrome de Vincennes au cours de la fête fédérale de l'Union des sociétés de gymnastique de France. 997 sportifs (975 hommes et 22 femmes) et 24 pays (liste non certifiée) participants. Pas de serment, de flamme, ni de mascotte.

*L'organisation de ces Jeux à Paris fut inscrite au point 13 de la déclaration de rétablissement des Jeux olympiques du 23 juin 1894 lors du premier congrès olympique.

Les Jeux Olympiques d'été_1904-Saint-Louis_wp

Jeux de la 3ème Olympiade de l'ère moderne en 1904 à Saint-Louis aux États-Unis, du 1er juillet au 23 novembre. À l'origine, Chicago était la ville candidate, mais à la suite d'un vote de 14 voix contre 2 afin de lier l'évènement sportif à l'Exposition universelle, les Jeux furent transférés à Saint-Louis. Le stade de 15 000 places qui a été construit fut quasiment vide durant les compétitions. À l'image de Paris, ces Jeux furent couplés avec l'Exposition universelle qui célébrait plus particulièrement le centenaire de la vente de la Louisiane par la France, Louisiana Purchase, officialisé en 1804 à Saint-Louis au cours de la Journée des trois drapeaux. Ces Jeux furent les premiers à créer le système des médailles d'or, d'argent et de bronze décernées respectivement à la 1ère, la 2ème et la 3ème place. 17 sports étaient représentés, 94 compétitions, dont 52 uniquement disputées par des sportifs américains, soit plus de la moitié des épreuves. Et sans surprise, les Américains remportèrent 85 % de toutes les médailles. De plus, ne présentant aucun athlète non américain, les épreuves de certaines compétitions occupèrent aussi la fonction de Championnat national américain. La boxe et la lutte de style libre firent leur apparition dans ces Jeux. Absence officielle des sportifs français et britanniques. L'athlète français, Albert Corey, qui remporta la médaille d'argent du marathon, fut engagé à titre individuel comme Américain. Les marathoniens Len Tu et Jan Mashiani furent les premiers participants africains à des Jeux Olympiques.

Petite anecdote qui vaut le coup ! Durant le marathon, Thomas Hicks reçut deux injections de strychnine et étancha sa soif de cognac. Il franchit la ligne d'arrivée second en titubant et fut déclaré vainqueur suite à la disqualification de Fred Lorz qui lui avait parcouru une partie de l'épreuve en voiture.

Des "journées anthropologiques" furent également aménagées, durant lesquelles avaient lieu des compétitions à caractère raciste réservées "aux représentants des tribus sauvages et non civilisées". Geronimo y participa. Pierre de Coubertin s'y opposa en définissant : "cette mascarade outrageante qui se dépouillera naturellement de ses oripeaux, lorsque ces Noirs, ces Rouges, ces Jaunes apprendront à courir, à sauter, à lancer et laisseront les Blancs derrière eux." 651 sportifs (645 hommes et 6 femmes) et 12 pays (liste non certifiée) participants. Une cérémonie d'ouverture officielle. Pas de serment, de flamme et de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1906_Athènes_jeux-intercalaires_wp

Jeux intercalaires en 1906 ou "Jeux de la décennie" à Athènes en Grèce, du 22 avril au 2 mai, furent une rencontre multisports établie par la Grèce en vue de célébrer les 10 ans d'anniversaire de la restauration des Jeux Olympiques. Initialement considérés comme les deuxièmes Jeux Olympiques d'Athènes en présence et en accord avec l'ensemble du corps olympique, ils furent par la suite qualifiés de Jeux intérimaires ou intercalaires et perdirent leur statut officiel de Jeux Olympiques en 1946. Malgré cela, ces Jeux qui se déroulèrent au Stade panathénaïque d'Athènes, à l'opposé des précédents en relation avec les Expositions universelles, marquèrent un véritable tournant dans l'histoire olympique. Ils étaient plus condensés avec 14 sports, 78 épreuves et de vraies équipes nationales s'y concentraient. Ils inscrivirent aussi le début des traditions cérémoniales, tels que le défilé des athlètes et les remises de médailles. 903 sportifs (883 hommes et 20 femmes) et 20 pays (liste non certifiée) participants. Une cérémonie d'ouverture officielle. Pas de serment, de flamme, de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1908_Londres_wp

Jeux de la 4ème Olympiade de l'ère moderne en 1908 à Londres au Royaume-Uni, du 27 avril au 31 octobre, se déroulèrent à l'occasion de l'Exposition franco-britannique qui commémorait l'Entente cordiale. À la manière des Jeux de 1900 et 1904, les compétitions furent organisées par les membres de l'Exposition, mais avec plus de considération. Ces Jeux se firent en 4 périodes,  les "jeux de printemps", de fin avril à mi-juin, regroupant les sports de raquettes et le polo, les "jeux d'été", mois de juillet, ralliant la plupart des sports olympiques au programme (athlétisme, natation, gymnastique), les "jeux nautiques", de fin juillet à fin août, réunissant la voile et l'aviron pratiqués à l’extérieur de la ville, et les "jeux d'hiver", seconde quinzaine du mois d'octobre, avec les épreuves de patinage artistique, de boxe et de rugby. La capitale de Rome était désignée à la base en tant que ville hôte, mais l'éruption du Vésuve du 7 avril 1906 obligea le gouvernement italien à se défaire de son engagement en raison des énormes coûts financiers de reconstruction engendrés par les importants dégâts. Suite à cet abandon, les villes de Berlin et de Londres posèrent leur candidature. Le 24 novembre 1906, le CIO désigna finalement Londres comme ville hôte des Jeux. 22 sports, 110 épreuves. Le football apparut officiellement. Le hockey sur gazon, le patinage artistique, le relais ainsi que le javelot furent des nouvelles disciplines. Le polo, le rugby, le tir et la voile revinrent dans les Jeux. Quant au golf, l'haltérophilie et la roque (variante américaine du croquet), ils ne furent pas retenus. 2 008 sportifs (1 971 hommes et 37 femmes). Bien que les compétitions débutèrent le 27 avril, la cérémonie d'ouverture officielle n'eut lieu que le 3 juillet dans le Stade olympique. Pour la première fois, les différentes délégations défilèrent derrière leur drapeau et les 22 pays participants entrèrent dans l'enceinte du stade par ordre alphabétique (Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australasie (Australie et Nouvelle-Zélande), Autriche, Belgique, Bohême (Royaume de Bohême, l'actuelle République tchèque), Canada, Danemark, Empire ottoman (Turquie), États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Russie, Suède, Suisse).

Le poids du disque masculin fut définitivement fixé à 2 kg. La finale du 400 m fut l'une des courses les plus controversées de l'histoire olympique. Et le parcours du marathon devint officiellement délimité à 42,195 km.

La petite histoire de cette étrange distance définie de la sorte. La famille royale voulait que la course démarre au château de Windsor et se termine devant la loge royale dans le stade olympique. Cette distance a été précisément mesurée à 42,195 km et est donc devenue la distance officielle du marathon.

Toujours pas de serment, de flamme, ni de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1912_Stockholm_wp

Les Jeux de la 5ème Olympiade de l'ère moderne en 1912 à Stockholm en Suède, du 5 mai au 27 juillet, se déroulèrent dans la seule ville qui s'était proposée comme candidate. Elle fut désignée lors de la 10ème session du CIO à Berlin le 27 mai 1909. Ces Jeux eurent lieu sur une courte période et hors de toute Exposition. Pour la première fois, le chronométrage semi-automatique et les haut-parleurs furent utilisés. 14 sports, 102 épreuves, dont les compétitions féminines de natation et de plongeon entrèrent dans l'histoire olympique comme le pentathlon moderne, 2 407 sportifs (2 359 hommes et 48 femmes) et 28 pays participants. Une cérémonie d'ouverture. Pas de serment, de flamme, de mascotte.

C'est surtout à partir de cette date historique que les Jeux Olympiques prirent un caractère universel. Pour la première fois, les 5 continents étaient représentés, grâce à l'arrivée dans les Jeux de l’Égypte, l'Islande, le Portugal, la Serbie et le Japon.

Les Jeux Olympiques d'été_1920_Belgique_wp

Les Jeux de la VIIe Olympiade de l'ère moderne en 1920 à Anvers en Belgique, du 20 août au 12 septembre. Les Jeux Olympiques devant avoir lieu à Berlin en 1916 furent annulés en raison de la Première Guerre mondiale. Budapest fut en premier lieu désigné comme ville hôte, mais au regard de l'alliance de l'Empire austro-hongrois avec l'Allemagne, l'accueil des Jeux lui fut retiré au profit d'Anvers. Cette ville fut alors distinguée afin de rendre un hommage aux souffrances infligées au peuple belge pendant la guerre. 22 sports, 154 épreuves, 2 626 athlètes (2 561 hommes et 65 femmes) et 29 pays participants. Contre l'accord de Pierre de Coubertin, l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, l'Empire ottoman ainsi que la Bulgarie furent exclus des Jeux. Quant à la Russie qui est devenue soviétique, elle refusa de participer aux "Jeux des petits bourgeois". L'Estonie, le Brésil, Monaco comme la Nouvelle-Zélande, dont les athlètes s'alignaient auparavant avec l'Australie, entrèrent dans les Jeux. La Yougoslavie remplaça la Serbie et la Tchécoslovaquie, la Bohème.

2 grands symboles olympiques naquirent. Le drapeau avec ses 5 anneaux identiques pensé par Pierre de Coubertin fut hissé et le serment olympique prêté pour la première fois par un athlète lors de la cérémonie d'ouverture officielle écrit ainsi :

"Nous jurons que nous nous présentons aux Jeux olympiques en concurrents loyaux, respectueux des règlements qui les régissent et désireux d'y participer dans un esprit chevaleresque pour l'honneur de nos pays et la gloire du sport."

Pas de flamme, ni de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1924_Paris_wp

Les Jeux de la VIIIe Olympiade de l'ère moderne en 1924 à Paris en France, du 4 mai au 27 juillet. La capitale française fut choisie grâce à Pierre de Coubertin qui milita en sa faveur afin de faire ses adieux aux Jeux Olympiques. La devise olympique de Coubertin empruntée à l'abbé Henri Didon "Citius, Altius, Fortius", "plus vite, plus haut, plus fort" intégra alors ces jeux ainsi que le rituel de lever des trois drapeaux à la cérémonie de clôture inaugurant ainsi un nouveau rituel ; un drapeau représentant de celui du CIO, un second, celui du pays hôte et un troisième, celui du prochain pays hôte. Le 23 juin, à l'occasion du 30è anniversaire de la rénovation des Jeux Olympiques, un hommage solennel fut rendu à Pierre de Coubertin. Le premier village olympique construit de baraquements en bois vit également le jour dans la ville de Colombes. Les athlètes disposèrent d'un bureau de change, d'un salon de coiffure, d'un bureau de poste, d'un kiosque à journaux, d'un service de blanchissage, d'un service de garde d'objets de valeur et trois repas par jour offerts. Les Britanniques acceptèrent sous la condition de bénéficier d'un cuisinier de leur nationalité, tandis que les Américains, eux, s'installèrent dans le parc du château de Rocquencourt. Les Jeux Olympiques d'hiver furent aussi établis, dont la ville hôte fut Chamonix. 17 sports, 126 épreuves, 3 089 athlètes (2 954 hommes et 135 femmes), parmi eux le nageur Johnny Weissmuller, et 44 pays participants. L'Allemagne ne fut pas conviée par le CIO qui prétexta l'incapacité d'assurer la sécurité de sa délégation. Les autres pays précédemment écartés firent leur retour. De nouveaux pays firent leur entrée, tels que l’Équateur, l'Irlande, la Lituanie, Les Philippines et l'Uruguay. La Lettonie et la Pologne qui avaient déjà intégré l'évènement au cours des Jeux d'hiver participèrent à leurs premiers Jeux d'été. Pas encore de flamme ni de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1928_Amsterdam_wp

Les Jeux de la IXe Olympiade de l'ère moderne en 1928 à Amsterdam aux Pays-Bas, du 17 mai au 22 août. La reine Wilhelmine des Pays-Bas posa un veto à l'organisation de ces Jeux par son pays, estimant les Jeux Olympiques de "manifestation païenne". 14 sports, 109 épreuves, 2 883 sportifs (2 606 hommes et 277 femmes), à nouveau la participation de Johnny Weissmuller, et 46 pays participants.

Ces Jeux furent animés pour la première fois par l'allumage de la flamme olympique, le 28 juillet (date à laquelle se déroulaient les principales épreuves), l'arrivée des femmes dans l'athlétisme et le défilé de la délégation grecque qui ouvra la marche lors de la cérémonie d'ouverture. La flamme parcourut l'Europe en partant d'Athènes pour passer ensuite par le Royaume de Yougoslavie, l'Autriche, l'Allemagne et arriver aux Pays-Bas. L'Allemagne qui fut d'ailleurs réintégrée après 16 ans d'absence provoqua un incident avec l'équipe de France qui frôla même l'incident diplomatique.

Pas de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1932_Los-Angeles_wp

Les Jeux de la Xe Olympiade de l'ère moderne en 1932 à Los Angeles aux États-Unis, du 30 juillet au 14 août. La ville de Los Angeles fut désignée ville hôte en avril 1923 par le CIO. Aucune autre ville n'était candidate. À la suite du krach boursier de 1929, les États-Unis traversèrent une crise économique sans précédent. Pas moins de 15 millions d'Américains furent sans emploi. Les Jeux Olympiques donnèrent une bonne occasion de divertissement dans une nation qui n'était pas encore redressée par le New Deal. 14 sports, 117 épreuves, 1 332 sportifs (1 206 hommes et 126 femmes) et 37 pays participants seulement, à cause de l'éloignement ainsi que d'un contexte financier élevé pour aller jusqu'en Californie. La Colombie et la République de Chine firent leur entrée aux Jeux.

Pour la première fois, les Jeux n'eurent qu'une durée de 16 jours, le cérémonial des remises de médailles aux sportifs sur le podium vit le jour ainsi que la cérémonie des médailles dès lors réalisée après les épreuves sur le lieu même de la compétition, y compris le podium du tiercé, le lever des drapeaux et l'écoute des hymnes nationaux. L'utilisation officielle du chronométrage au 1/100e de seconde fit également son apparition. Par ailleurs, pour éviter la domination de certaines nations au niveau de la quantité de leurs athlètes, le CIO limita à 3 le nombre de concurrents par pays dans chaque épreuve. Quant à l'hébergement, les sportifs masculins furent logés dans un village olympique unique comprenant 700 maisons en préfabriqué bâti au sud de la ville et les femmes installées dans un hôtel. Le village fut surveillé jour et nuit par des policiers à cheval. Enfin, afin de ne pas risquer de nouveau une altercation brutale entre les délégations française et allemande durant le défilé de la cérémonie d'ouverture, le comité d'organisation inséra entre elles celle des Britanniques.

Pas de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1936_Berlin_wp

Les Jeux de la XIe Olympiade de l'ère moderne en 1936 à Berlin en Allemagne, du 1er au 16 août, furent les Jeux les plus marquants de l'Histoire en raison du contexte de l'époque. Ils prirent une véritable signification politique. Le CIO ayant choisi Berlin comme ville hôte en 1931, ne pouvait prévoir les bouleversements politiques qui se déroulèrent ensuite avec l'instauration du régime nazi en 1933. Plusieurs nations sollicitèrent le boycott de ces Jeux en organisant en parallèle des Jeux à Barcelone. Mais, la guerre d'Espagne survenue la veille compromit le projet et en empêcha l'ouverture. L'Espagne déclara d'ailleurs forfait le matin même de la cérémonie d'ouverture officielle des Jeux à Berlin, Jeux organisés par le Bureau des Sports du Reich. En outre, afin de dissimuler les traces de l'antisémitisme nazi, les panneaux en ce sens furent provisoirement retirés et les journaux ordonnés de museler leurs attaques. Par cette action, le régime exploita les Jeux Olympiques en vue de montrer aux spectateurs et aux journalistes étrangers une image déformée d'une nation pacifique et tolérante. L'empirique Stade olympique de Berlin capable d'accueillir 100 000 personnes posséda un virage complet réservé aux SA. Quant à l'hébergement des athlètes, ils furent logés dans un village olympique comprenant une salle de cinéma, de théâtre, de music-hall ainsi qu'une bibliothèque. Et chaque chambre disposait d'une salle de bain et du chauffage central. Ces Jeux Olympiques se déroulèrent donc dans une ambiance de xénophobie et d'antisémitisme. Hitler profita de cet évènement pour faire la propagande du nazisme et de l'idéologie de la supériorité de la race aryenne. 19 sports, 129 épreuves et 3 967 athlètes (3 632 hommes et 335 femmes), dont l'Allemagne avec ses 348 athlètes et les États-Unis avec ses 310 représentèrent le plus fort taux de sportifs parmi les compétiteurs. La France, la Hongrie et le Royaume-Uni disposèrent d'environ 200 sportifs chacun. 49 pays participants, dont 5 nouveaux firent leur entrée (Afghanistan, Bermudes, Bolivie, Costa Rica, Liechtenstein).  L'Allemagne fut le pays le plus médaillé avec 89 médailles, dont 33 d'or, devant les États-Unis qui décrochèrent 56 médailles, dont 24 d'or. L'athlète le plus médaillé fut le gymnaste allemand, Konrad Frey, remportant 6 médailles, dont 3 d'or.

Les Jeux Olympiques d'été_1936_Berlin-Jesse-Owens_wp

Or, ce n'était sans compter sur le sprinteur noir américain Jesse Owens, âgé de 23 ans, qui laissa à jamais son empreinte dans ces Jeux et l'histoire des Jeux Olympiques. Véritable héros de ces Jeux, il est celui qui remporta le plus de titres olympiques de ces jeux, bien que le gymnaste allemand fut le plus médaillé, avec 4 médailles d'or sur 4 épreuves auxquelles il participa. Le 3 août, sur le 100 m en réalisant le temps de 10 s 3. Le 4 août, à l'épreuve du saut en longueur en effectuant un saut à 8,06 m, un nouveau record olympique. Le 5 août, sur le 200 m en battant de près de 4 m Mark Robinson. Le 9 août, avec ses partenaires sur le 4 x 100 m, où dès le départ du premier relais il creusa l'écart sur ses concurrents italiens et allemands, son équipe remporta alors la course en réalisant en plus un nouveau record du monde en 39 s 8 qui ne sera pas battu pendant 20 ans. Les exploits de cet athlète furent d'autant plus de retentissants qu'ils se firent à cette époque à Berlin où Hitler faisait la propagande de la supériorité de la race blanche sur les Juifs et les Noirs. Après la guerre, une légende eut cours prétendant que Adolf Hitler avait quitté la tribune afin d'éviter de saluer Jesse Owens après sa victoire sur le 100 m parce que celui-ci était Noir. Or, la vérité est tout autre. Le premier jour des jeux, Hitler avait félicité tous les athlètes allemands, ce qui avait fait réagir le CIO en lui demandant, par souci de neutralité olympique, de féliciter tous les athlètes ou aucun. Hitler décida ne n'en saluer aucun et ne serra donc plus la main à aucun athlète durant les Jeux.

Enfin, pour la première fois la flamme olympique fut intégrée à la cérémonie d'ouverture. Inutile de spécifier que la mascotte n'était certes pas dans les préoccupations du moment.

Les Jeux Olympiques d'été_1948_Londres_wp

Les Jeux de la XIVe Olympiade de l'ère moderne en 1948 à Londres au Royaume-Uni, du 29 juillet au 14 août, furent les premiers Jeux après ceux de Berlin. Les Jeux prévus à Tokyo puis à Helsinki furent annulés à cause de la Seconde Guerre mondiale, comme ceux de 1944 à Londres. Ces Jeux qui se déroulèrent ainsi trois ans après la fin de la guerre ayant causé des millions de morts se firent dans une certaine atmosphère d'austérité, étant donné que la ville de Londres était encore en pleine reconstruction. Aucune installation sportive. Les athlètes furent logés dans des écoles ou des baraquements militaires. Certaines équipes amenèrent même des vivres en prévision d'éventuels soucis de ravitaillement. 17 sports, 136 épreuves, 4 104 athlètes (3 714 hommes et 390 femmes) et 59 pays participants, dont 14 nouveaux (Guyana (anciennement Guyane britannique, seul État du Commonwealth situé en Amérique du Sud), Birmanie, Sri Lanka, Iran, Irak, Jamaïque, Corée du Sud, Liban, Pakistan, Porto Rico, Singapour, Syrie, Trinité-et-Tobago, Venezuela) entrèrent dans les Jeux. Les pays de L'Europe de l'Est y furent représentés, sauf l'Union soviétique, non affiliée au mouvement olympique. L'Allemagne ne fut pas conviée et le Japon refusa. Ces Jeux furent les premiers à être retransmis à la télévision. Le 28 juillet, à Stoke Mandeville, eut lieu une ébauche des premiers Jeux Paralympiques.

Pas de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1952_Helsinki_wp

Les Jeux de la XVe Olympiade de l'ère moderne en 1952 à Helsinki en Finlande, du 19 juillet au 3 août, furent significatifs par le retour de l'Allemagne, du Japon et de la Russie (l'Union des républiques socialistes soviétiques, l'URSS) après plus de 30 ans d'absence. En pleine période de Guerre froide, les organisateurs décidèrent de diviser le village olympique avec d'un côté les pays occidentaux et de l'autre, les pays du bloc soviétique. 17 sports, 149 épreuves, 4 955 sportifs (4 436 hommes et 519 femmes) et 69 pays participants, dont les Antilles néerlandaises, les Bahamas, le Ghana (à l'époque Côte-de-l'Or), le Guatemala, Hong Kong, l'Indonésie, Israël, le Nigeria, la Thaïlande et la Sarre firent leur entrée dans les Jeux.

Les Jeux Olympiques d'été_1952_Helsinki_Emil-Zatopek_wp

Le héros de ces Jeux fut sans conteste le coureur de fond tchécoslovaque Emil Zátopek qui remporta 3 titres olympiques en athlétisme sur le 5 000 m, le 10 000 m et le marathon en 2 h 23 min 03 s, exploit unique au cours d'une même olympiade. Il marqua les esprits par l'expression intense d'épuisement et de douleur qui se lisait sur son visage. Cet athlète âgé de 29 ans, lieutenant dans l'armée, laissa son empreinte, à l'image de Jesse Owens, dans l'histoire des Jeux Olympiques.

Et pour la première fois, une athlète féminine, l'Uruguayenne Estrella Puentes, fut porte-drapeau de son pays.

Pas de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1956_Melbourne_wp

Les Jeux de la XVIe Olympiade de l'ère moderne en 1956 à Melbourne en Australie, du 22 novembre au 8 décembre. Pour la première fois, les Jeux Olympiques se déroulèrent dans l'hémisphère Sud. Les épreuves d'équitation furent annulées et reportées du 10 au 17 juin à Stockholm en raison de la législation stricte australienne qui impose une quarantaine de 6 mois à tous les chevaux entrant dans le pays. 29 pays participèrent aux Jeux équestres. Cette époque troublée par l'affaire du Canal de Suez, le second conflit entre l’Égypte et Israël, la violence en Afrique du Nord (en particulier en Algérie) et l'invasion de la Hongrie par les chars soviétiques déteignit sur l'esprit de ces Jeux. Ils furent les premiers a causé le boycott de nombreux pays, notamment l'Espagne, les Pays-Bas, la Suisse, l’Égypte, l'Irak et le Liban. De son côté, la République populaire de Chine quitta les Jeux après que fut hissé le drapeau de République de Chine (Taïwan). 17 sports, 145 épreuves, 3 314 sportifs (2 938 hommes et 376 femmes) et hormis les boycotts, 67 pays participèrent, dont l’Éthiopie, Fidji, le Kenya, le Liberia, la Malaisie, Bornéo du Nord et l'Ouganda firent leur entrée. Les deux Allemagne furent contraintes par le CIO de former une seule équipe, l'équipe unifiée d'Allemagne. 5 pays absents à ces Jeux participèrent à ceux de Stockholm, le Cambodge, l'Égypte, l'Espagne, les Pays-Bas et la Suisse.

Pas de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1960_Rome_wp

Les Jeux de la XVIIe Olympiade de l'ère moderne en 1960 à Rome en Italie, du 25 août au 11 septembre, furent organisés et aménagés de manière grandiose. Le seul point noir fut la canicule qui fit souffrir de nombreux athlètes. 17 sports, 150 épreuves et un record battu du taux de sportifs avec 5 338 athlètes (4 727 hommes et 611 femmes), chiffre s'expliquant  par le nombre de nouveaux pays africains ayant pris leur indépendance à la fin des années 50, d'où 83 pays participants. Ainsi, le Maroc, le Soudan, la Tunisie, Saint-Marin, Taïwan (sous le nom de Formose) et la République arabe unie (union politique entre l’Égypte et la Syrie) assistèrent à leurs premiers Jeux. Le 84è pays, le Suriname, déclara forfait. Les deux Allemagne durent à nouveau s'unifier. L'Afrique du Sud créa la polémique par l'absence de tout athlète noir dans son équipe. La Chine ne participa pas pour la même raison que celle des précédents Jeux.

Le boxeur américain Cassius Clays'imposa chez les mi-lourds, remportant ses 4 combats sans difficulté. Ce sera le départ d'une carrière légendaire sous le nom de Mohamed Ali.

Enfin, pour la première fois, une athlète de couleur, Rafer Johnson, est le porte-drapeau de la délégation américaine.

Pas de mascotte.

Les Jeux Olympiques d'été_1964_Tokyo_wp

Les Jeux de la XVIIIe Olympiade de l'ère moderne en 1964 à Tokyo au Japon, du 10 au 24 octobre 1964, se déroulèrent pour la première fois sur le continent asiatique. La ville avait déjà été élue comme hôte en 1936 par le CIO pour les Jeux Olympiques de 1940 à l'occasion du 2 600è anniversaire de la fondation dynastique japonaise. Jeux qui furent ainsi annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale et la guerre sino-japonaise commencée dès 1937. Plus de 20 ans après, voulant montrer aux yeux du monde de quelle manière le pays s'était relevé de la guerre, les dirigeants japonais investirent des énormes sommes d'argent dans la construction d'installation sportives high-tech. 19 sports, dont le judo et le volley-ball firent leur apparition, 163 épreuves, 5 151 sportifs (4 473 hommes et 678 femmes) et 94 pays participants, dont 14 issus majoritairement du continent africain, ainsi l'Algérie, le Cameroun, le Sénégal, le Tchad, Madagascar, la Côte d'Ivoire, la République du Congo (appelée aussi Congo-Brazzaville), la Rhodésie du Nord (aujourd'hui la Zambie), le Mali, la République dominicaine, le Niger, la Mongolie, le Népal et le Tanganyika (Tanzanie actuelle) firent leur entrée. Le nombre de pays passa à 93, suite au forfait de la Libye après la cérémonie d'ouverture. Les deux Allemagne durent participer encore sous la même bannière. Avant les Jeux, le CIO décida de ne pas convier l'Afrique du Sud en raison de sa politique de l'apartheid. Le gouvernement de ce pays avait toutefois sélectionné pour la première fois une équipe mixte mais refusait de les faire voyager dans le même avion et qu'ils se retrouvent dans le même village olympique. La Chine refusa à nouveau de participer.

Ce furent les premiers Jeux Olympiques diffusés en direct, grâce notamment au satellite, et le ralenti fit aussi son apparition.

Pas de mascotte.

La suite dimanche prochain...

Bon dimanche à tous !