Pas d'IVG en Roumanie pendant la semaine de Pâques afin de ne pas "chagriner Dieu" !

C'est malheureusement ce qui s'est passé l'année dernière où des gynécologues roumains ont refusé de pratiquer des interventions volontaires de grossesse pendant cette période et même durant celle des fêtes de fin d'année.

Cette décision a été prise par une trentaine de gynécologues en pratique dans la ville de Timisoara, située à l'ouest du pays comptant plus de 300 000 habitants. 

Et cette résolution n'était absolument pas liée à un manque de personnel ou de matériel, elle l'était juste pour une raison spirituelle.

Marius Craina, gynécologue et directeur de l'hôpital départemental de la ville avait déclaré à l'AFP, à cette époque : "Nous ne pratiquons pas des interruptions volontaires de grossesse durant les fêtes importantes, notamment durant la Semaine Sainte et à Noël, car nous pensons que ce n’est pas bien de chagriner Dieu […] Chez nous, l’avortement est vu comme un moyen de contraception, nous avons un des taux d’IVG les plus élèves d’Europe." Selon, ce dernier, le nombre d'intervention d'IVG s'élèverait à 250 par jour.

En Roumanie, l'avortement a été légalisé en 1990, période où les IVG recensées étaient 3 fois plus nombreuses que les naissances ; les IVG avaient été interdites par l'ex-dictateur communiste Nicolae Ceaușescu.

Espérons que cette année le dieu roumain ne sera pas trop chagriner et peut-être qu'il sera même de bonne complaisance pour sonner les cloches à ces individus...