les-pays-bas-remettent-donald-trump-a-sa-place_wp

Il y a environ un mois de cela, le Président des États-Unis faisait part de sa décision de vouloir interdire le financement des ONG internationales en faveur de l'avortement via les fonds fédéraux américains.

Qu'à cela ne tienne !

Car, bien que cette prise de position suscita des protestations dans la presse internationale comme de la part des associations féministes à travers le monde, une femme va peut-être marquer la différence.

Lilianne Ploumen, Ministre néerlandaise du Commerce extérieur et de la Coopération pour le développement, a ainsi annoncé fin janvier le lancement d'un plan de financement pour aider les ONG pro-IVG dans le monde.

Afin de pallier aux 600 millions $ de perte que représenterait une telle interdiction, elle a déclaré dans un communiqué : "Cette initiative d'un fonds international pourra offrir aux femmes dans les pays en voie de développement l'accès à de bonnes informations, à des moyens contraceptifs et à l'avortement. Nous devons contrebalancer ce coup financier autant que possible, avec un fonds globalisé dans lequel les gouvernements, les sociétés civiles et les entreprises pourront également investir. Ainsi, les femmes pourront garder le contrôle de leur propre corps."

En parallèle, elle devrait démarcher ses homologues européens et sud-américains afin de soutenir ce projet.

Les Pays-Bas n'ont certes pas la puissance économique des États-Unis, mais son soutien à des organisations féminines a permis l'an passé d'éviter environ 6 millions de grossesses non désirées ainsi qu'un demi-million d'avortements par le biais d'une prévention qui s'est voulue efficace, comme elle l'a spécifié : "La décision des États-Unis menace de réduire ces résultats. L'interdiction de l'avortement ne mène pas à moins d'avortements, mais à plus de pratiques irresponsables dans des lieux clandestins et plus de mortalité maternelle."

Très belle initiative à saluer. Maintenant, attendons le résultat dans l'avenir...