USA_Leshia Evans_wp

Leshia Evans, une infirmière new-yorkaise de 28 ans est devenue malgré elle un véritable symbole de la paix.

Alors que le mouvement Black Lives Matter, dénonçant les violences policières à l'encontre de la population noire aux États-Unis, qui ont encore provoqué une nouvelle victime ce 5 juillet passé, poursuit son combat, cette photo prise à la volée par le photographe Jonathan Bachman de l'agence Reuters, lors de la manifestation pacifiste qui s'est déroulée à Bâton Rouge en Louisiane ce 9 juillet dernier, a fait le tour du web pour le message de paix qu'elle symbolise.

À l'image de la célèbre photo de "Tank Man", prise sur la place Tian'anmen en 1989, de cet homme, un sac de courses à la main, se tenant face au milieu d'une rue à une colonne de tanks envoyés par le gouvernement chinois pour chasser les milliers de manifestants qui s'étaient réunis, étudiants, ouvriers, intellectuels, manifestation qui s'était terminée dans un bain de sang, ce cliché évoque la même démarche pacifiste.

Humeurs_Leshia Evans_place-Tian'anmen-1989_hellocoton

Comme des milliers de citoyens, Leshia Evans s'était rendue à la nouvelle marche pacifiste à Bâton rouge, où Alton Sterling, 37 ans, a été abattu après un simple contrôle, se joindre au mouvement Black Lives Matter pour dénoncer ces violences raciales des forces de l'ordre.

Tandis que les relations très tendues entre la police et la population ont déjà donné lieu à de nombreuses manifestations, affrontements et arrestations, cette jeune femme n'a pas hésité au beau milieu de cette nouvelle manifestation, à s'avancer, seule, la tête droite, fière, les mains jointes, vers la ligne des policiers. Deux d'entre eux se sont alors précipités à sa rencontre pour l'arrêter.

Et cette scène de quelques secondes à peine a été ainsi immortalisée par le photographe  qui a déclaré à The Atlantic (magazine culturel mensuel américain fondé en 1857 à Boston dans le Massachusetts) : "Ça s'est passé très vite mais je pouvais dire qu'elle n'allait pas bouger, et c'était comme si elle voulait faire passer un message. Et je pensais juste que c'était le bon endroit pour me mettre en position et faire une image, simplement parce qu'elle était là dans sa robe et que vous aviez deux policiers dans leur attirail anti-émeute." Il a de même précisé que l'arrestation de la jeune femme s'est déroulée sans violence ; elle n'a ni résisté, ni été traînée. Selon l'agence Reuters, la jeune infirmière a été placée en garde à vue quelques heures et relâchée le lendemain.

Étonnée par sa notoriété inattendue, la jeune New-yorkaise a modifié ses profils sur les réseaux sociaux en les rendant privés et a sollicité ses proches de ne plus faire d'interviews en souhaitant s'exprimer par elle-même. Ce qui est tout à fait justifié et justifiable.