Pakistan_Malala Yousafzai

Cette jeune pakistanaise, qui a reçu le prix Nobel de la Paix en 2014 pour son combat pour l'éducation des filles, est aujourd'hui millionnaire et dépense son argent au service de sa cause.

Cette formidable jeune femme, qui a défié les talibans au péril de sa vie pour aller à l'école et qui a survécu à une tentative d'assassinat en 2012, très sévèrement blessée à la tête et à l'épaule, offre aux yeux du monde un bel exemple à suivre.

Alors que certains utiliseraient ces millions à leurs propres intérêts, la jeune femme, elle, se sert de cet argent pour poursuivre son combat.

Malala Yousafzai et sa mère

À la tête d'une véritable petite fortune qu'elle a accumulée au fil du temps grâce à la vente de son livre mémoire, Moi, Malala, publié en 2013 à plus d'1,8 millions d'exemplaires, à ses interventions en conférence qui lui rapporterait 130 000 €, Malala Yousafzai, qui poursuit ses études en Angleterre, dépense son bien en finançant des associations et projets visant à assurer une éducation et un futur aux 62 millions de filles dans le monde qui n'y ont pas encore accès.

Par l'intermédiaire de Malala Fund, fondation qu'elle dirige activement depuis sa création, dont l'objectif est de garantir une scolarisation de qualité internationale sur 12 ans pour toutes les filles, elle contribue grandement à ce programme de l'éducation pour toutes. Mais aussi, elle fait des dons grâce aux droits d'auteur et aux profits générés par la société Sarlarzai Ldt qu'elle a créé avec ses parents Ziauddin Yousafzia et Toor Pekai, bénéfices qui s'élèveraient à 1,5 millions d'euros pour cette seule année.

Malala Yousafzai et son père

Comme le porte-parole de la famille Yousafzai l'a déclaré dans un communiqué : "Depuis la publication de son livre, Malala et sa famille ont donné plus d'un million de dollars à des œuvres humanitaires, œuvrant majoritairement sur des projets éducatifs aux quatre coins de la planète, y compris le Pakistan"

Son engagement pour cette cause va encore plus loin, puisqu'en début de cette année, lors d'une conférence qui s'est déroulée à Londres, elle a exhorté les gouvernements à dégager 1,4 milliard de dollars en direction des camps de réfugiés syriens en vue de garantie une éducation aux millions d'enfants ayant été obligés à fuir leur pays et à s'investir davantage en la matière.