maroc_le-tuto-maquillage-pour-femmes-battues_regard_wp

Comme précédemment évoqué dans un article, la période de Noël est le moment où l'on commence à établir le bilan des bonnes et mauvaises actions qui ont eu lieu dans l'année.

Ayant donc porter un plus dans la colonne, au tour du moins maintenant de se poser afin d'équilibrer la balance.

Et ce moins, est vraiment le moins que l'on puisse dire, un qui pèse lourd.

Le 25 novembre de cette année, à l'occasion de la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, l'émission du matin Sabahiyate de la chaîne de télévision marocaine 2M a diffusé un tutoriel maquillage pour "montrer le type de maquillage à utiliser quand une femme est battue."

maroc_le-tuto-maquillage-pour-femmes-battues_teint_wp

Une femme avec un faux bleu à l’œil était assise sur un fauteuil. La présentatrice rassura les téléspectateurs en précisant qu'il ne s'agissait que des "effets cinématographiques", puis expliqua la manière de cacher cet œil au beurre noir : "Le vert est utilisé à l’aide d’un pinceau pour camoufler la partie rougeâtre […] un correcteur orange puis jaune, puis un fond de teint" et elle ajouta "espérer avoir donné des solutions aux femmes qui ont besoin de ces conseils, afin qu’elles puissent elles aussi continuer à vivre et se rendre à leur travail."

Cette petite vidéo passa quasiment inaperçue jusqu'au moment de sa mise en ligne sur le site Internet de la chaîne. Repérée par des internautes, elle créa alors une vive polémique. Des commentaires d'internautes littéralement offusqués déferlèrent. Face à ces réactions, la chaîne retira immédiatement la vidéo et présenta ses excuses dans un communiqué : "la rubrique est complètement inappropriée […] et des excuses les plus sincères pour cette erreur d'appréciation compte tenu de la sensibilité et de la gravité du sujet."

maroc_le-tuto-maquillage-pour-femmes-battues_bouche_wp

Selon l'ONG Humans Rights Watch, au Maroc "les brutalités commises à l'encontre des femmes sont monnaie courante. Une étude effectuée en 2009-2010 par le gouvernement a établi que près des deux-tiers des femmes avaient subi des violences physiques, psychologiques, sexuelles ou économiques. Parmi elles, 55% ont signalé avoir subi des violences conjugales."