Jeudi 13 octobre, de passage dans le New Hampshire, aux États-Unis, venue en soutien à la candidature présidentielle de Hillary Clinton à la Maison Blanche, la First Lady, Michelle Obama, a prononcé un discours plein d'espoir répondant par la même occasion aux propos indécents tenus par Donald Trump à l'encontre des femmes.

Elle a commencé son discours ainsi : "Mardi nous avons célébré à la Maison Blanche la Journée Internationale des filles. C'était une magnifique célébration et c'est le dernier événement que je vais faire en tant que First Lady. J'ai passé des heures à prendre plaisir à parler à des jeunes filles géniales. Nous avons parlé de leurs espoirs, de leurs rêves, de leurs aspirations. Je leur ai dit qu'elles méritent d'être traitées avec dignité et respect, et que l'avancement d'une société se mesure par sa façon de traiter ses femmes et ses filles."

Puis, elle a commenté les propos odieux du rival de Hillary Clinton, Donald Trump, qu'il avait prononcés et avaient été filmés dans les coulisses en 2005, tout en faisant référence aux nombreux témoignages d'agressions sexuelles dont il est acculé depuis un moment : "J'aimerais tellement faire comme si rien ne s'était passé, mais ce n'est pas quelque chose que l'on peut ignorer. Ce n'était pas juste des "conversations de vestiaire", c'était une personne de pouvoir parlant ouvertement d'agression sexuelle. Et comme si cela ne suffisait pas, il est maintenant très clair que ce n'était pas un simple accident mais que c'est l'un des innombrables exemples de son comportement avec les femmes."

Elle a ensuite conclu  : "Soyons bien clairs. Les hommes qui sont confiants, qui sont de vrais modèles, n'ont pas besoin de rabaisser les femmes. Les gens qui sont forts élèvent ceux qui les entourent. Les gens puissants rassemblent les autres. C'est quelqu'un comme cela dont nous avons besoin au poste de président des États-Unis."

Un discours immédiatement salué par Hillary Clinton sur Twitter :

"Je suis en admiration. Merci d'avoir mis des mots sur ce que beaucoup d'entre nous avaient sur le coeur."

Bien évidemment, Donald Trump n'a pas tardé à réagir vivement vis-à-vis de ce discours et a rétorqué : "Ces accusations vicieuses comme quoi j'aurais eu un comportement inapproprié avec des femmes sont totalement et absolument fausses."

Sachant que parmi ces témoignages d'agressions sexuelles, l'un d'entre eux concerne une journaliste du magazine people, Natasha Stoynoff, qui a déclaré qu'en 2005 à l'occasion l'anniversaire de sa femme, Melania Trump, elle aurait été plaquée contre un mur par Donald Trump et qu'il l'aurait embrassée de force. Face à cette accusation, Donald Trump, a répondu à sa façon, loin de ressembler à l'élégant James Bond, mais plutôt, genre beauf des mauvais quartiers, propos rapportés par le média West Palm Beach : "Regardez. Regardez-la, regardez ses mots, et vous me direz, je ne crois pas, non, je ne crois pas !"

Je ne sais pas pour vous si c'est : "Je ne crois pas, non, je ne crois pas", mais pour ma part, lorsqu'un individu parle d'un autre individu en ces termes  : "Regardez-la", c'est comme s'il disait "Regardez cette chose-la"

Donc au niveau respect, au-delà du sexe féminin, surtout du respect humain, il semblerait que Donald Trump soit tout aussi doué dans ce domaine qu'il l'ait été dans ses affaires... d'échecs en échecs.

Alors, j'espère, mais cela n'engage que moi, que le peuple américain d'ici peu de temps lui fera échec et mat !