noel-en-chimere1_wp

Qui n'aime pas les contes de Noël ? Ou tout ce qui pourrait nous évoquer la magie de Noël ?

Hé bien voici une histoire qui ne relève ni du conte ni de la magie ! Mais d'une formidable découverte.

La chimère bleue à nez pointu, plus connu sous l'appellation de "requin-fantôme", a été filmée tout récemment pour la première fois au large des côtes d'Hawaï et de la Californie. Jusqu'ici n'ayant été aperçue que dans l'hémisphère Sud, cette chimère a donc été prise en caméra à 1 641 m de profondeur dans l'hémisphère Nord.

Et c'est par hasard que le robot sous-marin de Monterey Bay Aquarium Research Institute (Institut de Recherche de l'Aquarium de la Baie de Monterey) en Californie a capturé les images de cet étrange animal. Du genre Hydrolagus (qui ne possède pas de nageoire anale) par opposition aux chimères du genre Chimaera, les caractéristiques de cette chimère bleue à nez pointu s'apparenteraient à celles de l'Hydrolagus Trolli (nom de l'espèce trolli donné en référence à l'artiste Ray Troll qui représentait ces types de poissons dans plusieurs de ses œuvres), selon les chercheurs. Or, pour le moment, les scientifiques ne peuvent avérer cette théorie ou même définir si elle serait une nouvelle espèce en raison de l'impossibilité d'effectuer une analyse ADN.

noel-en-chimere2_wp

Lonny Lundsten, technicien de recherche à l'Institut a ainsi spécifié au magazine Sciences et Avenir que ce poisson pouvait atteindre une taille de 65 cm jusqu'à 1 m 20. D'une couleur bleu argenté, son corps est traversé de lignes ressemblant à s'y méprendre aux coutures similaires du célèbre monstre de Frankenstein, imaginé par le célèbre auteur Mary Shelley. Mais ces "coutures" sont en fait des canaux sensoriels, appelés neuromastes, placés le long de la ligne latérale, présente sur le flanc de tous les poissons, permettant la détection des mouvements de l'eau et le positionnement selon le courant. La chimère est aussi aveugle, puisqu'elle peut vivre jusqu'à 2 600 m de profondeur, stade où la lumière ne pénètre plus. À l'image du requin et de la raie, son squelette est cartilagineux. Mais contrairement à ces derniers, la chimère ne perd pas ses dents, car elle a des plaques dentaires permanentes. Et elle se serait alors distinguée d'eux au cours de l'évolution, il y a 400 millions d'années. Enfin, la chimère bleue se différencie également de ses autres congénères de l'hémisphère Sud, puisqu'elle préfèrerait les habitats sédimentaires aux habitats rocheux.

Selon Kim Fulton-Bennett, spécialiste de l'information du public à l'Institut, des chimères équivalentes auraient été signalées sur les côtes d'Amérique du Sud, d'Afrique du Sud ainsi que dans l'Océan Indien et a conclu : "S’il s’agit bien de la même espèce, cela pourrait être une preuve que, comme beaucoup d’animaux d’eaux profondes, la chimère bleue à nez pointu peut vraiment migrer sur de grandes distances."

Actuellement, il y aurait 38 espèces de chimères dans le monde.