Plus de chocolat dans 30 ans_cacaotier_wp

Une récente étude publiée sur le site de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (National Oceanic and Atmospheric Administration, NOAA*) a de quoi provoquer une sacrée baisse de régime aux amoureux et amoureuses du chocolat.

Actuellement, le cacao se raréfie de plus en plus à cause du réchauffement climatique et pourrait disparaître définitivement d'ici 30 ans.

Plus de chocolat dans 30 ans_chocolat_wp

Le cacaotier est un arbre délicat qui a besoin d'un climat tropical pour se développer : une température stable, une forte humidité, des pluies abondantes, un sol riche en azote  et d'une protection au vent. Et le dérèglement climatique perturbe son développement.

Ainsi d'après le rapport de Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), spécialisé dans l'évolution climatique, la hausse de température entraîne une mort prématurée des cacaotiers. Il serait prévu une augmentation de la température de 2,1°C d'ici 2050 et celle-ci pourrait causer la disparition totale des cacaotiers, par conséquent du chocolat.

Plus de chocolat dans 30 ans_wp

Aussi, cette disparition aurait des conséquences économiques dramatiques pour les pays principaux producteurs de cacao, l'Indonésie, la Côte d'Ivoire et le Ghana, dont ces deux derniers produisent à eux seuls la moitié de la demande mondiale.

Des solutions existeraient, mais celles-ci supposent de faire un choix compliqué entre la protection de la faune et de la flore et la conservation de la culture du cacao. Au Ghana, il serait envisageable une replantation des arbres dans des zones actuellement protégées de toutes cultures. Mais un dilemme se pose. Le choix de détruire ces espaces protégés ne serait pas la réponse et mettre fin à la culture du cacao ne serait pas plus concevable, car elle engendrerait des pertes économiques majeures pour le pays.

Plus de chocolat dans 30 ans_noaa_wp

*National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) : Agence américaine responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère. Elle a été fondée en 1970 à la suite d'une proposition du Président Richard Nixon dans le but de créer un service national "afin de mieux protéger la vie et la propriété des catastrophes naturelles, de mieux comprendre l'environnement, et pour l'exploration et le développement vers une utilisation intelligente des ressources marines".