Power Rangers_2017_wp

Pas vraiment de ma génération, puisque j'avais déjà franchi le cap des 20 ans, mais une série animée, ciblant les enfants/adolescents, qui a toutefois marqué les années 90.

Première sortie en 1993, Power Rangers, série de science-fiction américaine, dans l'esprit de la série télévisée japonaise X-Or (1982-1983) du genre "metal heroes", se voulait être la série de ce nouveau genre.

Nouvelle version 2017 et 3è adaptation de la série sur grand écran, ce film est réalisé par Dean Israelite. Les 2 précédentes étaient Power Rangers en 1995 et Power rangers Turbo en 1997. Cette série ne fut pas trop ma tasse de thé, je l'ai d'ailleurs peu suivie et quelque peu même détestée.

Cependant, on me convainquit récemment de regarder cette nouvelle version. Pas très fan donc de l'original, ni vu les versions antérieures, je partis avec un a priori négatif sur ce film numéro 3.

Mais là, surprise !

Je me suis même posée la question à savoir si ce film était vraiment celui annoncé.

Hé bien, je ne sais pas trop ce qui s'est passé, mais cela a fonctionné ! Cette adaptation ne ressemble en rien à la série, bien que l'esprit y soit conservé.

Power Rangers_1995_wp

C'est moderne, c'est frais, avec un petit clin d’œil aux années 80, notamment par le style de musique du film Tron (1982), ainsi qu'une petite référence à la saga des Transformers. C'est un véritable dépoussiérage de printemps.

Bon, le scénario reste celui d'un scénario de science-fiction de ce style. Des supers héros qui doivent défendre l'humanité, en gros sauver le monde d'un méchant qui menace de détruire la planète. Rien de spectaculaire en soi.

Mais, sous la surface de ce scénario basique, des effets spéciaux (comme on les aime), de l'action (vive la technologie informatique), un peu de tendresse (des confidences autour d'un feu de camp), d'humour (le personnage maladroit qui marque des points à tous les coups), de drame (une maman malade à l'article de la mort), etc., il y a...

Un beau message !

L'union des 5 couleurs, liées comme les 5 doigts d'une main, surtout la représentation des 5 continents de la Terre. Un véritable message d'humanité culturel transmis dans ce film, 3è round.

Peut-être est-il subliminal ? Je n'en sais rien. Seulement étant assez critique sur ces films m'apparaissant totalement inutiles, ce Power Rangers, 3è version officielle, vaut le coup d’œil.

Power Rangers_1997_wp

En autre, avant de me rendre à la projection de ce film, j'ai lu les critiques diverses et variées sur ce dernier dans les différents médias de la presse écrite. Et le constat fut : on aime ou on n'aime pas.

Cependant, une analyse assez particulière et sans fondement m'a quelque peu ulcérée. Une équipe de "journalistes", soi-disant défenseur des droits féminins, a laissé libre cours à son imagination.

Au lieu d'analyser ce film, comme peut-être d'autres ont pu le faire de manière purement cinématographique, cette équipe de "journalistes" a mis son grain de sel là où il ne fallait pas le mettre. Elle a noirci la page pour son "article" en dénonçant du sexisme, là où il n'y en a pas, et en déduire une mauvaise considération de la femme en reprochant bêtement que les femmes sont représentées avec "des talons hauts et grosses poitrines" !

Mdr, lol ou encore wtf, comme l'on dit aujourd'hui ! Sauf que, ce n'est ni "mort de rire", ni "laughing out loud" ou "what the fuck" (je vous laisse trouver par vous-même cette dernière traduction qui elle est loin d'être élégante), mais ce serait plutôt : pathétique !

C'est quoi son problème ?

Les Power Rangers, anciennes générations, comme vous le constatez sur ces photos, étaient unisexe. Incapable de voir fille ou garçon. Aujourd'hui, on voit qui est homme ou femme. Et alors ? C'est quoi le problème actuel de vouloir à tout prix uniformiser le sexe jusque dans les films ? Quant aux talons hauts, arrive-t-on peut-être à les voir muni d'une loupe ou peut-être que ces "journalistes" portaient des lunettes grossissantes leur faisant ainsi voir un petit talon compensé en haut talon ? Idem pour "les grosses poitrines" !

Power Rangers_1993_wp

C'est qui ces pseudo-journalistes inaptes à fournir une vraie critique professionnelle sur un film et qui jouent les paparazzis de seconde zone de la presse écrite en donnant leur point de vue complètement grotesque pour alors faire le "buzz" ?

Qui est cette équipe, à supposer, féminine qui renie la féminité en elle-même ? Peut-être aussi que ces femmes ont-elles un complexe d'infériorité par rapport à leur corps ou en tout cas et de toute évidence un très mauvais rapport avec leur silhouette ?

Quoi qu'il en soit, une femme reste une femme, qu'elle soit héroïne l'instant d'un film ou une simple ménagère dans son quotidien. Elle a des seins, des fesses et aiment les talons hauts !

Pour conclure, j'ai passé cette "glose" débile en allant voir ce film et ma critique est tout simplement un bon film de détente. En résumé, je fais partie des "J'aime" !