Quand la vie à venir sauve la vie qui est_wp

Les deux flèches montrent la zone de rupture utérine. Entre les deux, l'on voit la région lombaire du fœtus - M.GUCKERT - EUROPEAN JOURNAL OF OBSTETRICS & GYNECOLOGY AND REPRODUCTIVE BIOLOGY

Un évènement extraordinaire s'est produit dernièrement. Rapporté dans un article de l'European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, ce fait pourrait relever presque du miracle.

Le centre hospitalier régional (CHR) de Lille a ainsi relaté le "cas exceptionnel" d'un fœtus de 36 semaines qui a non seulement préservé sa vie, mais aussi sauvé celle de sa mère.

La maman ayant fait une rupture utérine, le fœtus s'est positionné dans son ventre de telle sorte à lui éviter une hémorragie et donc des conséquences très graves provoquant une mort in utero ainsi que pouvant entraîner la sienne.

Alors que la maman était enceinte de 8 mois 1/2, elle s'était présentée au CHR pour des "douleurs importantes", a expliqué Charles Garabedian, gynécologue obstétricien au CHR de Lille (l'un des médecins qui a rapporté le cas clinique dans l'article), à l'AFP.

Tout en précisant que celle-ci avait déjà eu une césarienne, il a poursuivi : "tout son bilan était normal : l'examen clinique, l'échographie du bébé, l'enregistrement du cœur du bébé. […] Alors, on a réalisé un scanner et on a ainsi fait le diagnostic de rupture utérine. […] Mais ce qui est extraordinaire, c'est que le bébé avait collé son dos contre la zone de rupture permettant de colmater la brèche afin d'éviter une hémorragie et une extériorisation du cordon. Dès qu'on a su cela, une césarienne a été faite en urgence. Le bébé et la mère n'ont eu aucune complication après la naissance."

Le médecin a déclaré pour conclure que la date de cet acte médical n'a pas été divulguée volontairement afin de protéger l'anonymat de la maman.