Née le 25 juillet 1920 à Notting Hill, quartier de Londres en Angleterre, dans le district de Kensington et Chelsea, à l'Ouest du centre et près du coin Nord-Ouest de Hyde Park, et morte le 16 avril 1958 à Chelsea, est une biologiste moléculaire britannique qui a participé de manière déterminante à la découverte de la structure de l'acide désoxyribonucléique, l'ADN. Après l'obtention d'un doctorat en physique/chimie à Cambridge en Angleterre en 1945, elle travaille en France de 1947 à 1950 au Laboratoire central des services chimiques de l’État où elle y apprend les techniques de la diffractométrie de rayons X(1) (DRX ou XRD, X-ray diffraction, abréviation anglaise plus communément utilisée) ou cristallographie aux rayons X.

- (1)La diffractométrie de rayons X : technique d'analyse fondée sur la diffraction* des rayons X sur la matière. La diffraction sur la matière cristalline est appelée radiocristallographie et sur les matériaux cristallins, il s'agit alors de diffusion. La diffraction fait partie des méthodes de diffusion élastique. La diffraction* est le comportement des ondes qui rencontrent un obstacle ou une ouverture ; le phénomène peut être interprété par la diffusion d'une onde par les points de l'objet. Elle se manifeste par le fait que la densité de l'onde ne soit pas conservée après la rencontre d'un objet, contrairement aux lois de l'optique géométrique. Elle est le résultat de l'interférence des ondes diffusées par chaque point et elle s'observe avec la lumière, le son, les vagues, les neutrons. Elle est la signature de la nature ondulatoire d'un phénomène.

De retour en Angleterre en 1951, la biologiste obtient un poste au King's College de Londres où elle applique la diffraction des rayons X à l'étude des matériaux biologiques et réalise avec l'un de ses élèves plusieurs radiographies aux rayons X de l'ADN, qui seront montrées à son insu par Maurice Wilkins à James Dewey Watson et Francis Crick. Les clichés de l'ADN ainsi obtenus de Rosalind sont déterminants dans la découverte de la structure à double hélice de l'ADN, découverte qui fera d'ailleurs l'objet d'une publication en 1953 dans la revue Nature, dont Watson et Crick en tireront principalement le mérite. Et cette découverte permettra à Wilkins, Watson et Crick d'obtenir le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1962, quatre ans après le décès prématuré de Rosalind, sachant qu'un Prix Nobel ne pouvant être attribué à titre posthume, elle ne faisait de toute façon pas partie des lauréats. Dans leur discours, les deux hommes ne rendront même pas un hommage au travail de Rosalind, seul Wilkins prononcera son nom où dans son discours, il indiquera qu'elle avait apporté "une contribution précieuse à l'analyse aux rayons X."

Cliché 51 pris par Rosalind Franklin et R.G. Gosling

En 1953, en raison d'une mésentente au King's College, elle quitte cette institution pour rejoindre le Birkbeck College, où elle utilise la technique de la cristallographie sur les virus. En avril 1953, le directeur de l'équipe de recherche au King's College, John Randall, envoie un courrier à Rosalind, une semaine avant la publication des articles dans la revue Nature, lui demandant de mettre un terme à ses travaux sur l'ADN, ce qui ne pouvait être concevable étant donné que son sujet de recherche au Birkbeck College portait sur le virus de la mosaïque du tabac(2), dont L'acide ribonucléique, ARN, est un élément constitutif important.

- (2)La mosaïque du tabac : TMV, sigle de Tobacco mosaic virus, est un virus à ARN* qui infecte les plantes, en particulier le tabac et les autres membres de la famille des Solanacées (comprenant notamment des espèces alimentaires d'une grande importance économique tels que la pomme de terre, l'aubergine, la tomate ou encore les piments), ce virus, le premier à avoir été découvert, est l'espèce type du genre Tobamovirus ou phytovirus (ayant comme effets de décolorer ou de déformer partiellement les feuillages des plantes atteintes et quelquefois les fruits), rattaché à la famille de Virgaviridae, famille de phytovirus à ARN. Un virus à ARN*, appelé parfois ribovirus, est un virus dont le matériel génétique est constitué d'ARN. Les virus ARN peuvent provoquer diverses maladies humaines graves, tels l'Ebola, le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère, pneumonie), la grippe, l'hépatite C, la fièvre du Nil occidental (appartenant à la même famille des virus de la fièvre jaune, de la dengue, de l'encéphalite de Saint Louis et de l'encéphalite japonaise), la poliomyélite ou encore la rougeole.

En 1958, Rosalind Franklin meurt alors jeune, à l'âge de 38 ans, d'un cancer de l'ovaire, probablement lié à la surexposition aux radiations.

En 1968, James Dewey Watson, dans son livre La Double Hélice (en), minimisera le rôle joué par Rosalind, ce qui lui vaudra des critiques. Depuis cette publication, Rosalind est devenue une icône féministe, "la femme dont le génie a été sacrifié au nom de la gloire supérieure des hommes."