SK-II_Change Destiny

En Chine, être encore célibataire pour une femme ayant passé l'âge de 25 ans est presque inconcevable, voire même outrageant.

La famille, les amis, la société, tous, mettent une pression incroyablement forte sur les femmes encore célibataires à cet âge, mais surtout la famille.

Alors que chez nous, nous utilisons l'expression des "Catherinette" afin d'évoquer plus élégamment les femmes célibataires de 25 ans et plus, en Chine, c'est une autre beaucoup moins sympathique, "Sheng nu" signifiant littéralement "dont personne ne veut", et ces femmes sont parfois même considérées comme "rebut"

La marque chinoise de cosmétique SK-II a alors décidé de lancer une campagne à grande échelle appelée "Change Destiny", "Changer le Destin", en réalisant une vidéo dans laquelle les célibataires ont témoigné de la difficulté de vivre dans leur situation et de la pression inouïe qu'elles subissent de la part de leur famille pour les pousser à se marier ainsi que du poids des traditions ancestrales.

Dans la vidéo intitulée "Mariage Market Takeover", "Prise de contrôle du marché du mariage", plusieurs jeunes chinoises âgées de plus de 25 ans témoignent.

Tandis que des photos d'elles petites filles défilent, des phrases, dont certaines se veulent humiliantes, se font entendre : "Trouve quelqu'un à épouser", "Tu es trop difficile", "Tu n'es plus aussi jeune", "Je ne serais pas en paix tant que tu ne te seras pas mariée", "Tu es banale. Pas très jolie" ou encore "Tu es un rebut", et ces phrases n'étant autres que celles prononcées par leurs parents ; parents issus d'une ancienne génération ne comprenant pas pourquoi elles sont encore célibataires et leur rejettent donc la faute en estimant qu'elles ont forcément un problème.

Les yeux en pleurs, ces jeunes femmes expliquent qu'elles souffrent terriblement de cette considération, car elles n'ont aucun souci majeur avec les hommes, mais elles cherchent tout simplement l'homme de leur vie, comme n'importe qu'elle autre jeune femme dans le monde. Elles racontent : "Les gens vous regardent bizarrement. Il y a tellement de pression pour se marier. Le Nouvel An chinois est la période la plus stressante de l’année. Tout le monde vous demande : Quel âge as-tu ? Pourquoi n’es-tu pas encore mariée ? […] En Chine, les gens pensent qu’une femme célibataire est une femme incomplète. On est marginalisée."

Or, plus que la simple peur de ne pas fonder une famille ou trouver l'homme de leur vie, c'est surtout celle de décevoir leurs parents. L'une d'elle se demande même si elle ne devrait pas laisser tomber la recherche de l'amour et accepter d'épouser un homme correct que ses parents auraient jugé et choisi pour elle, comme elle l'exprime : "Chez nous, respecter ses parents est la chose la plus importante. Ne pas se marier est considéré comme le plus grand manque de respect possible à leur égard."

Le mariage est d'une telle importance en Chine, qu'un véritable "marché de l'amour" existe. Tous les week-end, dans un lieu ouvert, les parents s'y rendent pour coller des annonces et regarder celles des autres afin de trouver un homme pour leur fille ou aussi une femme pour leur fils.

Cependant, la plupart de ces jeunes femmes, bien à l'aise dans leur époque, ont décidé de montrer à leur famille une autre image que celle d'être juste des "femmes à marier" et se sont rendues dans ce fameux lieu, affiches en main qu'elles ont placardées, sur lesquelles, autres des traditionnelles annonces prônant leurs qualités, salaire, biens matériels, etc., sont inscrites leur volonté de ne pas se marier.

"Être heureuse, épanouie, forte", voilà ce qu'elles veulent !

Cette vidéo, partagée plus de 100 000 fois en seulement 24 heures, se termine avec une phrase pleine d'espoir : "J’ai confiance en moi. Je suis indépendante. J’aime la vie. Je suis une femme exceptionnelle."

La marque SK-II, très populaire en Chine, a ainsi donné un grand coup en s'engageant pour la libération de la femme par le biais d'une telle campagne et faire prendre conscience aux femmes en général que le pouvoir de décision leur appartient et qu'elles sont entièrement capables de se fixer seules leurs limites.