USA_le viol collectif d'une fillette de 9 ans

Intolérable ! Ignoble ! Abominable ! Infâme ! Il n'y a malheureusement pas assez de mots pour qualifier l'horreur que cette pauvre petite fille de 9 ans, seulement 9 ans, a pu subir et surtout les terribles conséquences sur sa future vie de femme, une vie à jamais marquée...

Alors que les autres enfants se réjouissaient probablement d'aller s'empresser à récupérer leurs œufs cachés dans le jardin ou ailleurs, l'enfance de cette fillette prit fin brutalement lors de ce week-end de Pâques dernier.

Selon le rapport de police, une jeune mère et sa fille se rendent chez une amie à Vernal, siège du comté de Uintah, dans l’État de l'Utah. Sur place, la fillette s'endort sur le canapé du salon tandis que sa mère et une autre personne partent dans le garage de la maison afin d'y fumer de la méthamphétamine. Durant l'absence de la mère, 4 hommes également présents dans la maison auraient emmené la fillette dans une autre pièce et l'auraient violée ainsi que sodomisée tout à tour à deux reprises avant de la ramener sur le canapé où la mère l'a retrouvée ensuite bouleversée, sa robe "remontée jusqu'à la taille", a spécifié le communiqué du bureau du shérif. La mère aurait décidé de ne pas rester et de prendre un taxi avec sa fille pour rentrer chez elle. C'est seulement le lendemain que la fillette a raconté son agression et a fait part des menaces de mort qu'elle a reçues après l'agression à sa mère qui contacta de suite la police.

Après des examens médicaux, la fillette a été placée sous tutelle du gouvernement et se trouve désormais "en sécurité" ont assuré les autorités.

Suite à la déposition, les 4 suspects, Larson RonDeau, 36 ans, Josiah RonDeau, 20 ans, Jerry Flatlip, 29 ans et Randall Flatlip, 26 ans, ont été arrêtés entre le 29 mars et le 1er avril. Ils ont comparu le mardi d'après devant le juge, lequel leur a annoncé les charges retenues contre eux : viol sur mineur et sodomie sur enfant ; sachant que chaque chef d'accusation est passible de 25 ans de prison assorti de 5 années supplémentaires pour viol en réunion. Une seconde audience a été fixée la semaine suivante afin de permettre aux 4 agresseurs présumés de plaider ou non coupable ainsi que de déterminer leur libération ou non sous caution.

Ce fait divers sordide divulgué par le bureau du shérif et relayé dans les médias a provoqué une véritable vague d'indignation sur les réseaux sociaux et la page Facebook de la police locale qui s'est alors retrouvée inondée d'appels à une sentence radicale : la peine de mort. Toujours en vigueur dans l'Utah, mais applicable qu'en cas de meurtres, certains habitants voudraient la voir s'étendre à d'autres crimes, comme le viol d'enfant suite à ce fait.

Certains internautes ont même été jusqu'à suggérer la castration, la pendaison, l'abandon dans une fosse ou encore la possibilité de les relâcher dans la nature afin que les habitants se chargent eux-mêmes de leur sort.

Il y eut un tel déchaînement de haine, encore jusque-là jamais vu dans cette région, que le bureau du shérif et le procureur du comté, G. Mark Thomas, ont dû faire appel au calme. Le procureur a ainsi déclaré dans un communiqué : "Nous sommes profondément préoccupés à chaque fois qu'un enfant est victime d'abus sexuels. Notre bureau va tout mettre en œuvre pour que justice soit faite."